Lola : vers la matérialisation de la frontière avec la Côte d’Ivoire

0
800

Réunis   sur l’esplanade de la préfecture de Lola  pour la remise des kits sanitaires aux forces sécurité stationnées le long de la frontière  entre la Guinée  et la Côte d’Ivoire, ainsi qu’à la frontière du Liberia, le directeur national  a annoncé  dans la foulée que bientôt la frontière de la Guinée  et de la Côte d’Ivoire qui constitue souvent une zone de tension entre les habitants  des deux pays surtout à GBèyaba et la forêt de N’déré sera délimitée.

 Le directeur national chargé des frontières a commencé par saluer et remercier  les  forces de l’ordre de la préfecture de Lola. « Tout ce que vous faites  dans le cadre  de la sécurité  et le maintien de l’ordre  le long des frontières est salutaire.  C’est grâce à vous que nous dormons en paix. Pour ce qui concerne la frontière,  nous avons 3399 kilomètres de frontières plus 320 kilomètres  de façade maritime », a-t-il souligné.

Interrogé par Guinéenews  monsieur Cécé  loua  affirme que  pour la matérialisation de la frontière nous sommes en avance  du côté Malien  et bientôt  la matérialisation de la frontière  avec la côte d’ivoire.

Selon monsieur Cécé Loua,  « schématiquement  le processus  de matérialisation de la frontière  doit passer par la délimitation et dans la délimitation  on cherche des actes coloniaux, les dates  et les conventions qu’on exploite. Pour précéder à un tracé provisoire  par rapport à la description portée dans les documents coloniaux. Lorsque  nous arrivons à ça, maintenant on définit  les limites. On fait traiter la convention  qu’on fait signer aux deux pays  entre la république de Guinée et la république de Côte d’Ivoire. Lorsque cette convention ou traité est signée  entre les plus hautes autorités  des deux états, nous techniciens,  nous descendons  sur le terrain », a-t-il assuré.

« La deuxième phase qu’on appelle démarcation,  c’est-à-dire  aller   sur le terrain pour  aller borner exactement.  Ce qui est décrit  dans le traité, les crêtes, les marigots, les montagnes qui vont être cités. Après nous passons le long des frontières  pour faire  la reconnaissance  technique  de la frontière, on fait le schéma de matérialisation, on invite les techniciens, les géographes et les topographes  pour procéder à la matérialisation  de la frontière. Après cette démarcation, on vient pour le bornage  et on peut choisir trois types de bornes  les petites bornes, les moyennes bornes et les grandes bornes avec des dimensions divers. Lorsque nous allons finir  avec les bornes,  on fait un dossier  technique  on transmet  à la commission technique mixte  de la matérialisation de la frontière », a-t-il indiqué, dans sa narration.

Puis d’ajouter, « Quand la  commission se prononce, ce rapport est  porté à la connaissance  des deux ministres  en charge  de l’administration  et en charge des questions  de la frontière. Ensuite  le conseil des ministres l’approuve,   et on  envoie à l’assemblée nationale. C’est un  long processus mais nous avançons vers la matérialisation de nos frontières, ce n’est pas seulement  la frontière ivoirienne  mais  la frontière malienne est concernée  et nous sommes très avancés.  C’est la pandémie de la maladie à coronavirus qui a retardé les travaux. Nous avons  déjà fait le schéma  périodique.  Bientôt nous allons nous retrouver  de Noumoudjila Siguiri, jusqu’ à la frontière  du Sénégal, nous  sommes déjà en avance. Pour la préfecture de Lola,  c’est très bientôt  que les travaux vont commencer », a-t-il conclu.