voir Plus
    samedi, 17 avril 2021
    26 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Lola : vers le retrait des monts Nimba du patrimoine mondial en péril de l’Unesco

    Un atelier portant sur le mécanisme de retrait des monts Nimba de la liste des sites du patrimoine de l’Unesco vient de se tenir à Man en Côte d’Ivoire. Il faut rappeler que la réserve naturelle des monts Nimba, qui s’étend sur une superficie totale de 17 540 hectares dont 12 540 en Guinée et 5000 hectares en Côte d’Ivoire, a été inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial en péril en 1992.

    Au cours de cet atelier de renforcement des capacités, des équipes de gestion de la réserve naturelle intégrale des monts Nimba ont indiqué que d’ici deux à cinq ans, les monts Nimba pourraient quitter la liste des sites en péril.

    Joint au téléphone par notre reporter, Youssouf Diédhiou, chargé des patrimoines de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale, a estimé   qu’aujourd’hui la gestion du mont Nimba a changé par rapport aux années antérieures.

    Et que cet atelier entrait dans le cadre d’une coopération transfrontalière en vue de finaliser les réflexions sur le retrait de ladite réserve des patrimoines en péril.

    L’atelier qui s’est déroulé du 11 au 14 janvier, a réuni plusieurs personnalités et spécialistes   de la Côte d’Ivoire, de la Guinée et des réflexions suivront dans les instances de l’Unesco et UICN.

    Le colonel Papa Condé, le directeur du centre de gestion environnemental des monts Nimba  et Simandou  a affirmé pour sa part  que cet atelier  portait sur les dispositions  à prendre  pour que la réserve des monts Nimba  quitte  la liste  des patrimoines en péril.

    Au cours de cet atelier il a été question de la lutte contre les feux de brousse.

    Il a été également décidé que les espèces biologiques, les espèces qui ont prévalu au classement de la réserve en biosphère, tels que les crapauds vivipares, le micro potagal de Lamotte et les chimpanzés de Bossou   soient toujours présents dans la réserve.

    Et qu’un inventaire soit organisé pour   se rendre compte combien existe-t-il d’espèces sur place.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE