L’ONG APEK AGRICULTURE fait le bilan de ses activités à Kindia.

mars 30, 2018 9:15
0

C’est au cours d’un atelier de capitalisation des bonnes pratiques des organisations de la société civile de la Basse Guinée  tenu ce mardi 27 mars 2018 à l’école normale des instituteurs de  Kindia que le consortium, APEK AGRICULTURE et ADREMGUI a procédé à cette activité habituelle.

Cet  atelier s’inscrit dans le cadre du projet d’accompagnement des organisations de la société civile  de la Basse Guinée dans la mise en œuvre du programme d’appui à la société civile PASOC sous  financement de la 10ème  FED de l’union Européenne.  Ce projet  qui s’est étendu sur une période de 13 mois sur l’ensemble de la région administrative de Kindia a permis à coup sûr d’avoir trois principaux résultats qui réjouissent aujourd’hui est le partenaire au développement ainsi que les bénéficiaires.

La cérémonie de cet atelier de capitalisation de bonnes pratiques issue des activités des organisations de la société civile  a connu la participation de plusieurs acteurs intervenants dans le domaine du développement communautaire, c’est le cas du vice-président de l’ONG APEK AGRICULTURE.  Qui a exprimé ses profonds sentiments en ses termes « Je commencerai d’abord  par remercier notre partenaire de terrain qu’est l’Union  Européenne pour cet appui financier dans le cadre de la réalisation de cet important projet qui nous a permis d’accompagner les acteurs de la société civile de la Basse guinée dans leur  processus, j’espère que cet atelier de capitalisation des bonnes pratiques des OSC de la Basse Guinée va nous permettre de corriger quelques lacunes qui ont été constatées sur le terrain pendant l’exécution de ce projet » affirme El hadj Yaya Keita.

Cet atelier de capitalisation connu la participation des organisations de la société civile, représentants l’ensemble des familles thématiques au niveau préfectoral et régional.

« Trois principaux résultats sont sortis de la capitalisation. Le premier concerne les familles thématiques, il s’agit des domaines dans lesquels les OSC évoluent, ces activités ont permis à ces organisations de la société civile de ce connaitre dans leur domaine d’intervention, et elles ont débouché par la mise en place d’une structuration avec les chefs de famille pour chaque thématique. Les organisations de la société ont estimé que c’est un grand résultat dont il faut capitaliser. Le deuxième résultat concerne, l’accompagnement des OSC dans la justification des subventions de l’Union Européenne, à travers la mise à disposition des accompagnateurs financiers par le PASOC. Ce deuxième résultat qui a permis aux OSC de bien gérer les financements a été beaucoup apprécié. Le troisième résultat sur le consortium APK AGRICULTURE-ADREMGUI, les organisations de société civile au regard des problèmes lies à la gestion des consortiums ont estimé que ce consortium APEK AGRICULTURE- ADREMGUI a été model, parce qu’il y’a eu de partage d’information, de stratégie et de ressources disponibles sur l’ensemble des activités qui ont été réalisées par ces deux consortiums et ça abouti à des succès non seulement sur le terrain mais également dans la gestion financière » explique  Amadou Rouma Barry, directeur de l’ONG APEK AGRICULTURE.

Hormis ces acteurs, quelques représentants des partenaires au développement ont aussi pris part à cet atelier de capitalisation des bonnes pratiques des OSC de la Basse Guinée.

« C’est l’Union Européenne qui finance ce programme à travers le PASOC, l’Union Européenne a pensé que la société civile guinéenne à besoin d’un accompagnement pour son repositionnement afin qu’elle puisse jouer pleinement  son rôle d’acteur de développement et d’interlocuteur politique en matière de gouvernance » martèle Layba Mansaré, chargé de suivi et evalution du programme d’appui à la société civile.

Dans le cadre de la réalisation de ce projet, l’une des thématiques était l’identification des enjeux locaux comme pour dire que la problématique du développement part de la base. L’objectif était donc d’identifier ces enjeux, les partager et les structurer afin de les partager avec les autorités et les communautés.