L’UFR indignée par l’enrichissement illicite de certains responsables administratifs et politiques

avril 8, 2018 1:30
0

Les responsables de l’Union des forces républicaines (UFR) ont tenu l’assemblée générale de leur formation politique samedi 7 avril 2018. Une réunion dont un pan a été dédié au président de ce parti qui constitue la troisième force politique du pays.

D’entrée, son vice-président a indiqué que l’UFR ne veut que du bonheur pour ce pays, plutôt que d’être enthousiasmée par la recherche du bonheur individuel. « Sinon, une personne comme M. Sidya Touré n’a pas besoin d’être en politique pour avoir un quelconque bonheur », fait remarquer le député Bakary Goyo Zoumanigui.

Poursuivant, le président de séance a déclaré que l’ancien Premier ministre Sidya Touré Ce a des biens à l’extérieur comme à l’intérieur. « Vous savez très bien qu’il est l’un des premiers fondateurs d’écoles privées en Guinée, avant même que l’Ecole française ne s’installe. Il est celui qu’on peut citer parmi les premiers agriculteurs du pays. Parce que quand on est chef de l’Etat et qu’on ait des plantations, c’est autre chose. Puisqu’on utilise les biens de l’Etat pour faire sa plantation. Ce qui n’est pas le cas pour M. Sidya Touré. Donc, s’il cherchait un quelconque bonheur matériel, il n’avait vraiment besoin de se mettre en politique », soutient M. Zoumanigui.

Dans la même lancée, l’orateur soutient que certains se rappelleront que le groupe de l’actuel Haut représentant du chef de l’Etat, la Sofig, est le premier à faire venir Western Union en Guinée.

« Bref, aujourd’hui, nous sommes tous écœurés par l’insolence de l’enrichissement illicite de certains responsables administratifs et politiques de notre pays. Partout, vous avez des villas et des immeubles qui poussent, alors que tout le monde se dit que la vie est devenue difficile, que la vie est chère. Mais à leur niveau, ils s’enrichissent librement. Une station de radio de la place dévoilait récemment les agissements d’un certain ministère où les choses se passent entre ministre et parents sur le dos du peuple de Guinée », a-t-il déploré.