Lutte contre la COVID-19 : Le personnel soignant réclame sa prime exceptionnelle

0
705

Ce lundi matin, entre 8 heures et 9 heures, le personnel soignant des malades de la COVID-19 a manifesté devant l’hôpital Donka où se trouve l’un des centres de traitement du virus en Guinée. La présence du ministre de la Santé, le colonel Rémy Lamah, n’a pu empêcher la tenue de cette manifestation qui avait déjà été ajournée en octobre dernier à cause de la campagne électorale. Il a tout de même invité les manifestants à la négociation avec le ministère de la Santé et de l’Hygiène.

« Notre collectif est légitime tout comme notre réclamation. Nous sommes là ce matin pour donner un signal fort à l’Etat guinéen, à l’ANSS (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire)… Nous voulons leur dire tout simplement que nous voulons nos primes exceptionnelles promises par l’Etat guinéen à la date du 23 juin », a dit Kaba Keita, porte-parole des manifestants.

« Vous devez savoir également que  l’Etat guinéen a promis la gratuité de  l’eau, de l’électricité et du transport urbain. A date, ces promesses sont réalisées, mais le personnel soignant n’a pas sa prime exceptionnelle », a déploré Kaba Keita.

Les manifestants ont profité du sit-in de ce lundi 02 novembre pour lancer un préavis de grève au gouvernement et à l’ANSS. « Si nous n’avons pas nos primes exceptionnelles, nous irons en grève illimitée à partir du 13 novembre. Seul le service minimum à la réanimation sera assuré…», a prévenu Kaba Keita.

Des médecins approchés par Guinéenews parlent de trois mois de primes qui s’élèvent à 15 millions pour chaque membre du personnel soignant. « Ils ont dit que nous sommes  3 000 médecins employés, or l’ensemble du personnel soignant sur l’ensemble du territoire national n’atteint même pas  1 000 personnes. Imaginez 15 millions de francs guinéens pour 3 000 personnes. Cela fait beaucoup d’argent pour eux », a dénoncé un manifestant sous l’anonymat, accusant notamment le ministère de la Santé et l’ANSS.

Aux dernières nouvelles, des représentants du personnel soignant ont été invités à la primature pour une négociation.