Lutte contre la pêche illicite : Le ministre Frédéric Loua se réjouit des avancées reconnues par l’UE

0
652

Comme annoncé dans l’une de nos précédentes dépêches, une mission de la Direction générale des affaires maritimes de l’Union Européenne (DG-MARE) vient de séjourner en Guinée, du 7 au 10 octobre dans le cadre de la lutte la pêche illicite.

Durant son séjour, la mission de l’UE a eu des séances de travail avec les autorités du département des pêches. Objectif,  faire le suivi des échanges intervenus après une visite récente du ministre guinéen des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime, à Bruxelles. Ces séances avaient pour but  d’apporter des réponses aux questions soulevées par la DG-MARE, relatives : à la description de la procédure d’immatriculation des navires de pêche artisanale, aux mesures prises pour l’assainissement du registre des navires battant pavillon guinéen, et à la surveillance des pêches.

A la fin de la mission, Roberto CESARI, chef de l’unité de lutte contre la pêche illicite non déclarée, non règlementée de l’Union Européenne, a reconnu que la  Guinée se positionne dans les pelletons de tête dans le monde, en matière de lutte contre la pêche illicite. Il a ensuite invité les autorités guinéennes à poursuivre cette lutte.

En réponse, Frédéric Loua, ministre des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime, s’est réjoui de l’avancée enregistrée dans la lutte contre la pêche illicite en Guinée.

Parlant des déficiences de leur système, comme soulignées par le chef de la mission de la DG-MARE, le ministre des Pêches a promu l’engagement de son département à poursuivre et à reformer les efforts de lutte contre le fléau de pêche INN qui menace l’existence durable des ressources halieutiques guinéennes.

Sans délai, Frédéric Loua a annoncé que son département va résoudre toutes les déficiences évoquées dont entre autres : l’adaptation du certificat guinéen des captures au règlement de l’UE ; la formalisation de la procédure harmonisée d’immatriculation et de guinéisation des navires de pêche en collaboration avec le ministère des Transports ; la formalisation de la plate-forme de concertation entre les services techniques du département des Pêches avec ceux des Transports ; l’élaboration des textes d’application du code de la pêche maritime ; la poursuite de la mise en application des mesures de renforcement des capacités du Centre national de surveillance des pêches (CNSP), en terme de pérennisation de ses sources de financement, le rajeunissement et la formation des inspecteurs et des observateurs maritimes, la réactualisation du plan national d’inspection ; le renforcement du suivi et du contrôle de tous les navires de pêche, notamment ceux de la pêche artisanale avancée.

Le ministre a également promu le renforcement du suivi des navires guinéens dans les eaux internationales ou dans les eaux sous juridiction des Etats tiers ; et le renforcement du suivi des activités de la Commission nationale d’arraisonnement qui se fera en collaboration avec la préfecture maritime et les services concernés.

Il a aussi promu la poursuite et le renforcement des efforts conduisant à l’admission des produits guinéens de la pêche au marché de l’Union Européenne.

En ce qui concerne le plan d’aménagement et de gestion des pêches, avec la création de la direction nationale de l’aménagement des pêcheries maritimes et continentales, l’évaluation exhaustive dudit plan est en cours.

Par ailleurs, le département des Pêches compte renforcer la coopération avec la Guinée Bissau et la Sierra Leone dans le cadre de la lutte contre la pêche INN et aussi, pour la gestion des stocks chevauchants et de la zone grise au Sud.

Toutefois, le ministre Frédéric Loua souhaite voir la coopération entre la Guinée et l’UE s’intensifier et se diversifier à travers l’établissement d’un accord de pêche, l’admission des produits guinéens de la pêche sur le marché européen, le renforcement des capacités des services guinéens, la promotion du dialogue et l’échange d’informations entre les Etats dans le cadre de la lutte contre la pêche INN.

Frédéric Loua a enfin demandé à la mission der la DG-MARE d’intercéder auprès de la DG-SANCO pour qu’elle transmette à son département le rapport d’audit effectué sur le système de contrôle sanitaire des produits de pêche.