Lutte contre le chômage: le ministre Mouctar incite les jeunes à embrasser le secteur agricole

0
1365

Le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi-Jeunes Mouctar Diallo lors du lancement de la plateforme de rencontre et d’échanges entre les jeunes et gouvernants, a fait face à une multitude de questions et de préoccupations soulevées par les jeunes ayant participé à cette joute verbale. C’était le vendredi 15 février à la Maison des jeunes de Kaloum.

Y a-t-il des projets dans le secteur agricole allant dans le sens de la lutte contre le chômage et celle de l’insuffisance alimentaire ? Le département en charge de la Jeunesse et de l’Emploi-Jeunes prend-t-il en compte la couche vulnérable juvénile?

Sur la première question,  le ministre Mouctar Diallo n’est pas allé par quatre chemins. Il a d’abord reconnu que le secteur agricole est porteur de croissance avant de poursuivre en rappelant que le chef de l’Etat en fait sa priorité ainsi que la pisciculture et l’élevage (…).

«Le président de la République a investi beaucoup de fonds pour booster ces différents secteurs qui se modernisent à travers la mécanisation  et même la digitalisation. Aujourd’hui, il y a des plateformes qui permettent à des agriculteurs d’acheter des équipements et des intrants (…).  Notre département a aussi des projets dans ce sens. Nous sommes en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et la BAD (Banque Africaine de Développement). Cette dernière a financé un projet qui doit certainement démarrer au mois d’avril. De la production jusqu’à la commercialisation, je suis convaincu que cette activité va créer une valeur ajoutée au sein de la jeunesse et elle va contribuer efficacement à la lutte contre le chômage et à l’atteinte de l’objectif de l’autosuffisance alimentaire. Alors, comme vous le souhaitez, je m’engage solennellement dès aujourd’hui, que je  serai un acteur dans le monde agricole». 

 Sur la deuxième question posée par un jeune atteint d’albinisme, le ministre Mouctar Diallo a fait savoir que le ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes ne laisse marge aucun jeune vulnérable. D’ailleurs, a-t-il rappelé, c’est un devoir de l’Etat  qui a une mission de solidarité, de fraternité et de partage.

«Nous sommes une famille et nous devons nous mobiliser pour faire face à tous les problèmes des jeunes de Guinée de toutes les catégories confondues. C’est à ce titre que nous sommes ouverts à toutes les initiatives pouvant permettre aux jeunes de se prendre en charge. Notre département et celui de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance sont en train de travailler sur les projets pouvant permettre de créer des opportunités d’insertion, de formation et d’employabilité des personnes vulnérables de toutes les catégories et de tous les bords. C’est pour cela que nous avons une division spéciale qui s’occupe de l’égalité des chances pour tous. Tous les jeunes de Guinée doivent jouir des mêmes chances.  Il y a aussi une structure à l’interne qui traite les questions du genre et de l’équité. Il y a tous ces mécanismes pour prendre entièrement en compte les préoccupations de tous les jeunes de la République de Guinée. Si les jeunes vulnérables ont des projets, je leur prie de ne pas hésiter à venir frapper à nos portes et les partager avec nous pour que nous puissions y faire face avec l’appui de nos partenaires», a-t-il indiqué.