Lutte contre le sida : La Guinée célèbre la journée en différé sous la présidence de la première dame

décembre 9, 2018 2:53

C’est en différé que la Guinée a célébré ce samedi 08 décembre, la trentième journée internationale de lutte contre le Sida au CMC (Centre Médical Communal) de Matam. La cérémonie  présidée par la première dame,  Hadja Djéné Condé, a enregistré la participation du ministre de la Santé, celle de la Promotion féminine, des  représentants  d’ONG nationales et internationales et d’autres partenaires comme l’épouse de l’ambassadeur  de la  Chine en Guinée.

Ouvrant le bal des discours, Seydouba Sacko, le maire de Matam qui abrite la cérémonie de la célébration,  après avoir remercié les organisateurs pour le choix de sa commune, s’est engagé à assuer une large sensibilisation sur les conséquences de cette maladie dans les 24 quartiers que compte sa commune.

De son coté, le ministre de la Santé, Dr Edouard Niankoye Lamah a saisi cette occasion pour énumérer quelques problèmes auxquels son département est confronté dans la lutte contre cette pandémie. A l’en croire, d’énormes progrès ont été accomplis avec les acteurs nationaux avec l’appui des partenaires internationaux.

Cependant, reconnait Dr Lamah, des difficultés persistent. Il a cité entre autres la rupture d’intrants de dépistage, la prise en charge psycho sociale des personnes malades, la réduction de la mobilisation sociale en faveur de la lutte contre les IST et le VIH sida.

La Guinée est classée dans la catégorie des pays à épidémie généralisée avec une prévalence de 1,7% au sein de la population générale, selon le rapport de l’enquête de EDS-MICS 2012.

De façon spécifique, cette prévalence est de 2, 1% chez les femmes contre 1, 2 % chez les hommes, a révélé Mme kiné Fatou, directrice de la subvention tuberculose et ViH sida à Plan International Guinée. « Notre objectif commun est de freiner la progression de la maladie, voire la reculer. Pour y arriver, il est fondamental d’assurer une couverture totale des cas d’infections et de garantir un traitement aux personnes infectées » dira Mme Kiné.

Cette année, le thème retenu est « connait ton statut ». Parlant justement de ce thème, la représentante de l’ONUSIDA en Guinée, a déclaré qu’au premier semestre de l’année 2018, 41% des femmes connaissaient leur statut sérologique, ce qui signifie que 59% d’autres ignorent leurs statuts. Pourtant, dira Dr Dado « si les personnes ne connaissent pas leur statuts VIH, ils ne peuvent pas se protéger, protéger leur familles et leurs partenaires ».

Abondant dans le même sens, la première dame de la République Hadja Djéné Condé a déclaré que « la connaissance du statut par une personne vivant avec le VIH /sida lui permet non seulement de prendre ses médicaments pour ne pas être surinfecté et surtout de ne pas procéder à de nouvelles transmissions. Connaitre son statut est vital pour tout un chacun et essentiel pour l’éradication de la pandémie. Alors connaissons tous notre statut » lance Mme Condé.

Par ailleurs elle a exprimé sa reconnaissance à l’endroit de l’Ambassade de Chine pour avoir apporté son soutien à son association qui s’atèle, dit-elle, depuis 2011 à la lutte contre le VIH/Sida.

Justement, cette journée mondiale de lutte contre le sida a été organisée avec la collaboration de l’Ambassade de Chine en Guinée.  Représentant son époux, Mme Yu Hui l’épouse a promis que son pays conjuguera l’effort avec les pays africains pour mettre un terme à l’épidémie du sida à l’horizon 2020 dans le cadre de l’atteinte des OMD.

La cérémonie a pris fin par un don de lit par la fondation de la première dame au service de prise en charge des Personnes vivants avec le VIH/Sida au CMC de Matam.