Mali-Guinée: deux villages frontaliers se fréquentent à nouveau grâce aux bons offices du ministre Diakaria Koulibaly

août 20, 2018 3:49
0

Kantèdoubalandougou, côté guinéen, dans la préfecture de Mandiana et Samaya, côté malien, sont deux villages qui se sont affrontés à maintes reprises en raison d’un différend frontalier entre les deux pays. Et les premiers accrochages entre ces deux communautés remontent à 1957.

Dorénavant, ce litige relève d’un triste souvenir. Puisque les deux parties s’engagent à se donner la main et à fumer le calumet de la paix. Les démarches de médiation ont été menées par un des fils de la localité, en l’occurrence le ministre guinéen des Hydrocarbures, Diakaria Koulibaly.

Après les bénédictions formulées par les sages des deux communautés pour le retour de la paix et la quiétude sociale, il a été question d’exorciser tous les mauvais esprits qui tenteraient de nuire à la paix et à la quiétude sociale.

S’adressant aux populations des deux communautés, le ministre Diakaria Koulibaly a véhiculé les messages de paix et de cohésion.

«Pour ceux qui se souviennent encore, quand la Guinée a été attaquée en 1970, la République du Mali a été parmi les premiers pays à y envoyer des troupes. Aujourd’hui, les troupes guinéennes se battent aux côtés de l’armée malienne pour la préservation de la paix. Sans compter que nos deux chefs d’Etat sont des amis», a-t-il rappelé dès l’entame de son intervention.

Selon le ministre Koulibaly, c’est un devoir pour lui d’intervenir lorsque la paix est menacée, afin de ramener les uns et les autres à de meilleurs sentiments. «Aujourd’hui, le conflit est résolu entre Baladougou et Samaya. Je suis très ravi, je remercie les autorités des deux pays. Je remercie la population de Samaya et celle de Balandougou qui ont bien voulu accepter de nous écouter et d’enterrer la hache de guerre», a-t-il indiqué.

Comment cette médiation a été rendue possible ?

D’après le ministre des Hydrocarbures, le travail de médiation a été rendu facile grâce au fait qu’il ait tété aux mamelles des deux villages à travers sa grand-mère qui vient de Samaya et de sa mère qui est Balandougou.  

«Je suis à la fois de Balandougou et de Samaya. C’est cette fibre que nous avons utilisée. Ma grand-mère est de Samaya et ma mère est venue de Balandougou. Le problème a été résolu sur le plan social. Nous n’avons pas parlé de frontière parce que cette question relève du domaine de l’administration. Le pont social était coupé entre ces deux communautés, et c’est ce que nous avons rétabli».

Pendant la rencontre, il a été décidé de mettre en place une commission mixte composée de Maliens et de Guinéens pour parer à toute  éventualité.  «Tout le monde est content et on s’en réjouit. Quand il y a la guerre, tout le monde est perdant. C’est pourquoi nous avons mis en place une commission mixte composée de Maliens et de Guinéens pour gérer les crises à l’état précoce…», a annoncé Diakaria Koulibaly.