Mali : un quatrième bataillon de l’armée guinéenne va rejoindre la MINUSMA

septembre 6, 2018 3:38
0

A Kindia, à plus de 130 kilomètres de Conakry, le Premier ministre Kassory Fofana a remis le drapeau guinéen à un quatrième contingent de l’armée guinéenne qui va rejoindre la MINUSMA (Mission Multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour Stabilisation au Mali) au Mali.  Le bataillon composé de 850 soldats dont 16 femmes va renforcer le contingent de casques bleus guinéens au sein de la MINUSMA. L’année dernière, un troisième bataillon composé également de 850 contingents a quitté le pays, quelques années après deux premiers contingents de plus de 650 soldats. Selon la télévision nationale, ce quatrième bataillon durera un an à Kidal, au nord du Mali.

«  Il apparaît évident que la solution à la crise malienne prendra du temps à cause de sa complexité […] Malgré tout, la Guinée réaffirme sa volonté ardente de demeurer auprès du Mali –  avec l’appui de la communauté internationale et à travers son contingent militaire jusqu’à la stabilisation du pays  », a dit le Premier ministre en remettant le drapeau au bataillon Gangan IV. «  Cet engagement inconditionnel est la preuve de l’amitié qui unit nos deux peuples, et les deux pays, depuis des siècles. Et qui est renforcé par la fraternité qui lie les deux chefs d’Etat (Alpha Condé et Ibrahima Boubakar Keita )… », a souligné le Premier ministre, qui n’a pas manqué de rappeler la célèbre phrase « la Guinée et le Mali sont deux poumons dans un corps ».

Kassory Fofana a surtout remercié les Etats-Unis, le Japon, la France et le système des Nations unies pour les équipements fournis aux contingents guinéens, ainsi que pour Samorya, le centre d’entrainement aux opérations de maintien de la paix.

Il faut par ailleurs rappeler que dans cette opération de maintien de paix au Mali, la Guinée a perdu 12 soldats tués dans trois attaques terroristes différentes. La dernière attaque remonte à juin 2017. Quatre soldats guinéens y avaient perdu la vie. « Le bilan est très lourd, mais nous ne pouvons pas abandonner…La Guinée et le Mali sont deux pays frères, deux pays limitrophes. Nous sommes liés par l’histoire, par la géographie, par tout », avait réagi le ministre de la Défense, Mohamed Diané, à cette attaque.