voir Plus
    dimanche, 11 avril 2021
    26 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Mamadou Sylla a-t-il fait nommer Kouyaté ? L’ex-PM descend en flammes le leader de l’Udg

    « Tout ce que le soi-disant chef de file de l’opposition a dit, est faux. »

    « Si le ridicule devait tuer, les Guinéens seraient déjà morts », telle est la réaction de l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté aux propos du nouveau Chef de file de l’opposition parlementaire, Mamadou Sylla qui prétend avoir démarché et facilité auprès de feu président Lansana Conté sa nomination au poste de Premier ministre en 2007. Le leader du PEDN a fait ses déclarations au cours de son passage dans l’émission « le Talk politique » de nos confrères de Fim fm ce vendredi 19 mars.

    « Qu’il soit aujourd’hui ou hier, un statut de chef de file de l’opposition, ce sont des expressions qui ont été inventées. Dans tous les grands pays de démocratie, vous ne trouverez jamais un titre ou un décret ou encore un arrêté qui donne à un chef de parti, le titre de chef de file de l’opposition. Mais fondamentalement, s’il existe, ils sont majoritairement dans l’opposition à l’Assemblée nationale et ce sont eux qui leur donne ce rôle, ce sont des opposants qui sont avec eux. C’est pourquoi c’est inféodé au pouvoir qui sort un article pour dire que tu es le chef de file de l’opposition. Cela ne sert à rien (…). Au moment où nous étions ensemble dans le collectif, nous reconnaissons que c’est l’UFDG qui a eu le plus de voix malgré tout ce qui s’est passé lors des élections…, je ne reviens pas sur cela. Le titre de chef de file de l’opposition ne se décrète pas, encore moins un président de parti qui n’a que quatre députés pas plus qui est proclamé chef de file de l’opposition. Si le ridicule devait tuer, les Guinéens seraient déjà morts », a-t-il ironisé.

    Puis de poursuivre : « quand il (Mamadou Sylla, NDLR) a voulu venir au siège du PEDN, il nous a envoyé une lettre en tant que chef de file de l’opposition. Nous lui avons répondu qu’on le recevra en tant que président de son parti. Après nous avons écouté tout ce qu’il a raconté comme des balivernes concernant ma nomination comme Premier ministre. Je ne reviens pas sur ça. Parce qu’il ne mérite pas une réponse. Je suis en train d’écrire un mémoire et on verra comment j’ai été nommé comme Premier ministre. Le président Lansana Conté m’a dit dès le début de la formation du gouvernement que quiconque viendra me voir à son nom pour dire qu’il est son homme de n’écouter personne. Il ne m’a recommandé qu’une seule personne. Je lui ai dit que je ne pouvais pas prendre cette personne. S’il le sert bien, tant mieux, qu’il le mette dans son cabinet tant mieux, qu’il lui fait fonctionner dans son budget tant mieux. Ce budget sera voté par l’Assemblée nationale et il aura ce qu’il aura mais, le département qu’il dirige, il n’y a pas de politique. J’ai fait la revue de tout cela avant d’être en Guinée, le président Lansana Conté a finalement accepté et il m’a laissé la main libre de réformer totalement.  Tout ce que le soi-disant chef de file de l’opposition a dit, c’est faux. »

    À LIRE AUSSI

    PUBLIREPORTAGE