Manif de Fndc à Labé : Les violences se sont poursuivies dans la nuit du lundi à mardi

0
683

La cité de Karamoko Alpha mo Labé a enregistré des violences sans précédents hier lundi 13 janvier 2020. C’était en prélude aux journées de désobéissance civile appelées par le front national pour la défense de la constitution (FNDC). En plus des deux premières attaques essuyées par le tribunal de première instance (TPI), la concession d’une famille proche d’un gendarme accusé de meurtre par les manifestants et la salle d’audience du TPI ont  été saccagés, selon un constat de Guinéenews.

Après l’annonce lundi après midi de la mort par balle d’un jeune qui n’est toujours pas identifié alors que le corps gisait ce mardi matin à la morgue de l’hôpital régional de Labé, des protestataires ont directement indexé un gendarme bien connu dans la ville en publiant ses photos sur les réseaux sociaux. Sans chercher à savoir plus, les manifestants se sont attaqués au domicile d’un proche de ce dernier au quartier mosquée. La concession en question a été saccagée et pillée par la foule en colère qui voulait se rendre justice.

Alors que l’adjudant chef Ibrahima Sory Camara communément appelé Cantona (ici en photo) est à Conakry depuis le week-end dernier. Une information confirmée et par le syndicat du transport et mécanique générale de Labé qui l’a embarqué et par sa hiérarchie en l’occurrence, le général Ibrahima Baldé qui a même fait des photos avec le gendarme en question, histoire d’illustrer qu’il est belle et bien à Conakry au moment des faits.

Comme cela ne suffisait pas, des inconnus sont venus aux environs de 19 heures – 20 heures mettre le feu à la salle d’audience du tribunal de première instance ainsi que le reste de bureaux qui étaient jusque là épargnés. Ce mardi matin, la désolation est totale car Labé ne dispose plus de maison de justice.

Pour l’instant, un calme précaire règne dans la commune urbaine de Labé en ce mardi 14 janvier 2020.