Manif du FNDC : Un grain de sable dans l’engrenage ce mercredi 12 février

0
497

L’appel à manifester du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) n’a pas drainé grand monde ce mercredi dans la capitale. Le confinement du chef de file de l’opposition à son domicile, par la gendarmerie, serait le grain de sable dans l’engrenage. C’est le moins qu’on puisse écrire, quand on sait que la « séquestration » de Cellou Dalein Diallo, l’un des maillons forts du dispositif du Front, ne pouvait que mettre un bémol à la motivation de la troupe.

La journée de ce mercredi a été finalement marquée par des manifestations sporadiques du côté de Wanindara, mais aussi à Yimbaya où des femmes avaient pris d’assaut l’autoroute Fidel Castro, pour crier leur ras-le-bol contre le système.

Une fois n’est pas coutume, la commune de Kaloum, longtemps restée en marge  des actions de désobéissance civile du FNDC, a fini par donner de la voix par la même occasion. A travers un groupe de femmes qui a l’air d’avoir trouvé son chemin de Damas.

Leur marche s’est d’ailleurs soldée par quelques interpellations. Ce coup d’éclat de Kaloum a certainement réconforté le mouvement du FNDC. A cela, il faut greffer les échauffourées enregistrées dans les préfectures de Boké, Coyah entre autres.

Last but not least, à ce tableau de chasse, on peut ajouter le soutien de Jean-Luc Mélenchon, leader de la France Insoumise au Front, dans un brulot publié sur son blog, à la veille de la reprise de ces manifestations anti-troisième mandat.

L’opposant à Macron en a profité pour jeter un gros pavé dans la marre du régime de Conakry.

A propos du FNDC, Mélenchon écrit : « Une alliance de type inédite s’est constituée pour porter les revendications du peuple en écartant le soupçon de récupération politique. Le Front National de la Défense de la Constitution (FNDC) réunit en son sein des collectifs citoyens, des partis d’opposition et des syndicats. C’est une forme assez proche de la plateforme Unidad Social qui porte le processus constituant déclenché par la révolution au Chili. Ce que j’ai nommé et appelé de mes vœux ici sous le nom de « fédération populaire. »

A noter que sur le  bilan de cette journée de manifestation dressée par le FNDC, on note ‘’15 blessés dont un par balle et 14 par projectiles. Plus de 15 personnes ont été aussi arrêtées à Conakry et à Coyah selon le Front National pour la Défense de la Constitution.

Malgré la faible mobilisation enregistrée ce mercredi dans la capitale, ce serait trop tôt de conclure à un essoufflement du mouvement de contestation contre « la présidence à vie ». Comme pour dire que Sano et cie n’ont pas encore grillé toutes leurs cartouches.

Pour sa part, le gouvernement a noté que le mouvement du FNDC a provoqué quelques troubles à l’ordre public dans certains endroits de Conakry et n’est quasiment pas suivi à l’intérieur du pays, hormis Coyah où il y a eu barricades et déversement d’huile de vidange sur la chaussée par des loubards à Sambaya, Carrefour-pantalon, et à hauteur de l’hôpital préfectoral. « Il est à noter qu’aucune confrontation, ni de blessés n’ont été signalés », s’est-il réjoui.