Manif du Fndc: une délégation gouvernementale reçue dans les familles des dernières victimes

0
873

Une délégation gouvernementale conduite par le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté s’est rendue dans les familles des victimes de la manifestation organisée par le Front national pour la défense de la Constitution le 20 juillet dernier. C’était ce dimanche 16 août 2020.

Porteuse d’un triple message de compassion, de sollicitation de pardon, et de remerciements, ladite délégation qui était composée du Secrétaire général aux Affaires religieuses, du gouverneur de la Banque centrale et du maire de Ratoma, a été invitée à diligenter les enquêtes, afin de retrouver les auteurs des tueries qui ont lieu lors des manifestations de l’opposition.

Ce sont au total trois familles qui ont été visitées, dont deux à Gomboya, dans la préfecture de Coyah et une à Dar-es-Salam dans la commune de Ratoma. Il s’agit entre autres de celle de Marie Jeanne Sidibé tuée par une balle alors qu’elle suivait la télé dans son salon, à Yattaya, et de la famille de l’élève Alhassane Barry tué en marge de la manifestation du 20 juillet, à Dar-es-Salam.

Partout, le ministre Mamadou Taran Diallo a, au nom du président de la République et du Premier ministre, imploré le pardon des familles des victimes. « Parce que nous avons en charge tant bien ce qui marche que ce qui ne marche pas. Donc, dans ces décès qui sont arrivés, et bien nous sommes responsables, parce que c’est à nous de rechercher les coupables. Et donc, des enquêtes vont être ouvertes et conduites », a-t-il annoncé, tout en ajoutant que le gouvernement ne pouvait pas rester sans venir présenter les condoléances, partager les compassions et douleurs des familles éprouvées par ces cas malheureux.

Par ailleurs, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté a remercié ces familles qui, en cette période d’intense tristesse et en dépit de leurs états d’âme, ont accepté de recevoir la délégation qu’il conduit.

En réponse, les parents de l’élève Alhassane Barry ont salué le déplacement de ces autorités pour venir compatir à leur douleur suite à l’assassinat de leur enfant « tué par un agent des services de sécurité » alors qu’il revenait de l’école.

« Nous acceptons vos mots de compassion. Mais nous n’allons jamais pardonner à l’auteur et aux commanditaires de ce crime. C’est sous la gouvernance du président Alpha Condé que ce crime a été commis. Nous vous prions de diligenter les enquêtes pour retrouver l’assassin et le sanctionner à la hauteur de sa forfaiture », a formulé le porte-parole de la famille Barry.

C’est au terme des prières dites en faveur du repos de l’âme des défunts que la délégation s’est retirée.