Manifs anti nouvelle constitution: les échos de l’acte III à Mamou

0
138

A l’appel du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), isl étaient ce jeudi 7 novembre des dizaines de milliers de Mamounais à avoir pris une nouvelle fois la rue. Par ces manifestations, le FNDC entendait exprimer sa farouche opposition à toute modification de la Constitution qui pourrait ouvrir la voie à un possible troisième mandat au président Alpha Condé. Cette marche pacifique qui a mobilisé du monde vêtu des t-shirts rouges à l’effigie du FNDC, a été encadrée par les unités mixtes de maintien d’ordre de la police et de la gendarmerie.

A partir du carrefour Labo sur la rue commerciale, point de départ, la foule n’a cessé de prendre de l’ampleur sur l’ensemble de l’itinéraire.

Plusieurs badauds assis devant leurs boutiques ont été intimés par les marcheurs de rejoindre le mouvement sous prétexte qu’il s’agit d' » une lutte est commune ». Dans la foule de pancartes, on pouvait lire:  » Non au 3ème mandat ! « ;  » Touche pas à ma Constitution! « ;  » Halte à la tuerie de nos enfants ! « …

Tout au long des 3km de l’itinéraire, les marcheurs scandaient des slogans hostiles au pouvoir  » 2 mandats c’est bon! »;  » Amoulanfé ! » ou encore  » Justice zéro! « ;  » Sécurité zéro! « .

Au point d’arrivée où s’est tenu le meeting, Mamadou Aliou Madina Diallo, Coordinateur régional du FNDC a repris en langue du terroir le même mot d’ordre :  » j’invite les jeunes à plus de courage dans cette lutte. Car, c’est leur avenir qui est en jeu. Si le pouvoir tue une personne, dix autres personnes vont naître à sa place pour continuer le combat pour la démocratie. Bientôt nous allons vaincre les promoteurs du 3ème mandat qui ne sont pas au nombre de 100. »

Ce jeudi à Mamou, seul le commerce a fermé. Les banques, les écoles et autres services ont fonctionné. Aucun incident n’a été enregistré.