Manifs contre l’accord de sortie de crise: après Guèasso, des militants du RPG dans les rues à Bignamou (Yomou)

août 10, 2018 3:17
0

Les manifestations continuent dans la région forestière contre les accords dits de sortie de crise entre la mouvance présidentielle, l’Administration du Territoire et l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG). (Photo d’archives)

Selon un responsable de l’opposition  appelé par Guinéenews, depuis ce vendredi matin, de nombreux jeunes militants du RPG-arc-en-ciel sont dans la rue, dans la commune rurale de Bignamou dans Yomou pour protester contre l’accord de sortie de crise signé entre le parti au pouvoir et l’opposition. Pour cause, le choix du Maire, selon l’accord, revient désormais à la coalition UFDG- BL, avec à sa tête le parti de Cellou Dalein Diallo.

« Jeudi, après l’annonce de l’accord, nous les jeunes de l’opposition avons manifesté notre joie pour notre victoire. Ce matin, les jeunes du RPG sont sortis pour ériger des barricades dans les rues, empêchant la circulation normale des citoyens pour, disent-ils, exprimer leur opposition à l’accord. Ils vont jusqu’à s’en prendre aux membres de l’opposition. Il y a un membre de mon parti venant de Gbouo qui a reçu des cailloux », a témoigné Abraham Gbilimou, responsable du Bloc Libéral, présent sur lieux.

Il dit avoir reçu un appel au calme du président de son parti, Dr Faya Millimono. Une information qu’a confirmée le président du BL, ce vendredi matin. « J’ai reçu l’information et j’ai simplement demandé à nos militants de garder le calme. Je leur ai demandé de ne pas répondre à la provocation parce que c’est nous qui sommes gagnants », a déclaré le Dr Faya Millimono.

Pour l’heure, selon notre témoin, en dépit de l‘arrivée des forces de l’ordre à la demande du Sous-Préfet, rien n’est fait pour empêcher les manifestations. « Depuis le matin, c’est tout à l’heure (12h) que le Sous-préfet a fait venir les forces de l’ordre, mais elles ne font rien pour maintenir l’ordre, elles observent la manifestation comme si de rien n’était », a ajouté Abraham Gbilimou aux environs de 13 heures.

Au moment où nous mettions cette dépêche en ligne (14h20), nous n’avons pu avoir le contact du Sous-préfet de Bignamou pour sa version des faits. Ce n’est que partie remise.

Nous y reviendrons.