Manifs de l’UFDG-ANAD : le mot d’ordre boycotté à N’Zérékoré

0
373

L’Union des Forces Démocratiques de Guinée (Ufdg), le principal parti de l’opposant et ses alliés de l’ANAD (Alliance Nationale pour l’Alternance Démocratie), appelaient ce mercredi 25 novembre à une manifestation sur toute l’étendue du territoire guinéen. Par cette manifestation, l’opposition entend obtenir la libération immédiate de tous les détenus politiques mais aussi exiger que justice soit rendue aux victimes des manifestations post-électorales du 18 octobre.

A N’Zérékoré, la capitale de la région forestière, ce mot d’ordre de l’opposition n’est pas du tout suivi par la population. L’ironie du sort, cette journée a coïncidé au jour de marché hebdomadaire dans la commune urbaine de N’Zérékoré. La population ne pouvait avoir le cœur à aucun appel à manifester qui aurait pu perturber cette « foire », l’unique d’ailleurs que la ville organise dans la semaine.

Ce mercredi donc, les citoyens étaient massivement présents dans le principal centre de négoce de la préfecture. Tous magasins et boutiques fonctionnaient d’ordinaire comme à chaque marché hebdomadaire. Le tout dans un concert de klaxons sur des artères principales qui étaient prises d’assaut par des étalagistes et autres commerçants ambulants.

Même les quartiers réputés favorables à l’opposition, à savoir Boma, Mohomou, Nakouyakpala,  Gbanhana et Bellevue sont restés de marbre face à cet appel à manifester de l’UFDG et de ses alliés.

L’administration, les institutions bancaires et les instituts d’enseignements fonctionnent normalement.

Cependant, aucun dispositif sécuritaire n’est visible au niveau des différents carrefours de la commune.

Pour certains observateurs, le pacte de non-violence intercommunautaire signé par les sages des différentes préfectures de la Guinée forestière serait à l’origine du boycott de cette manifestation de l’opposition.