Manifs du FNDC à Lélouma : Après les violences, le maire appelle à l’apaisement

0
497

Le conseil communal de Lélouma a convoqué une réunion d’urgence ce soir du mercredi 15 janvier 2020 pour tenter de décrisper la crise qui mine la localité depuis le déclenchement des manifestations continues par le FNDC (front national pour la défense de la constitution). C’est la mairie de la commune urbaine qui a servi de cadre à cette rencontre qui a mobilisé entre autres le député uninominal, le commandant de la gendarmerie, le commissaire de police, les sages, la société civile, le représentant du renfort déployé et des nombreux curieux, a-t-on constaté sur place.

Pour la circonstance, le maire est revenu sur les événements récents qui ont secoué sa juridiction, avant d’expliquer la différence entre manifestation et violence.

Pour lui, « manifester ne veut pas dire casser. C’est ne pas commettre des violences et des pillages. Ce n’est non plus pas de s’attaquer aux édifices publics. Chacun doit faire la part des choses. Ce qui s’est passé ici hier est vraiment regrettable », déplore Moustapha Baldé, avant de poursuivre.

« Je demande à tout le monde de rester chez eux et de ne pas provoquer les forces de l’ordre. Aux sages, je leur demande de passer des messages de sensibilisation. Aux agents de sécurité, je leur demande d’être stationnés là où ils sont actuellement pour éviter des nouveaux accrochages », a-t-il prêché.

Sur la même lancée, le député uninominal de Lélouma renchérit: « ces véhicules caillassés appartiennent à la population de Lélouma. Cette résidence que vous voyez là appartient à Lélouma. C’est un fils de Lélouma qui l’a construite pour héberger l’autorité préfectorale. Donc sachez que tout ce qu’on casse ici, c’est faire du tort à nous même », déplore Dr Ibrahima Diallo.

Les sages quant à eux, par la voix du chef du quartier de Petel, le principal quartier urbain a regretté les incidents survenus, avant de demander à la jeunesse de lui faire la promesse que cela ne se reproduira pas.

Successivement, le commandant de la gendarmerie et le commissaire de police ont pris la parole pour prodiguer des conseils aux jeunes.

Au sortir de la rencontre, les parties concernées ont promis chacun de son côté de respecter la promesse faite pour le bien-être des populations à Lélouma.