Manifs du FNDC à N’Zérékoré: la mise en garde du BL aux administrateurs territoriaux et ministres originaires de la Forêt 

juin 19, 2019 3:15

Dans une déclaration datée de ce mercredi 18 juin 2019 dont Guinéenews a reçu copie, le Bloc Libéral (BL) du Dr Faya Millimono dénonce la répression de la marche dite pacifique du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) organisée le 13 juin dernier à N’Zérékoré. Le BL met en garde les administrateurs territoriaux et les ministres et autres personnalités qu’il accuse d’avoir établi une liste d’activistes engagés pour la préservation de la constitution « à traquer ». Lisez plutôt l’intégralité de cette déclaration : 

 « Déclaration No 70 du Bloc Libéral.

« Qui vit par l’épée périra par l’épée ». Dans sa volonté manifeste de défendre les acquis démocratiques, le front national pour la défense de la constitution (FNDC), à travers sa structure de N’Zérékoré, a organisé une marche pacifique dans ladite localité, le jeudi 13 juin 2019. Les responsables et partisans du FNDC voulaient exprimer, à travers cette marche, leur attachement indéfectible au respect de la constitution guinéenne du 07 mai 2010. Ils voulaient aussi réaffirmer leur désapprobation sans faille à toute idée de tripatouillage de la constitution afin d’octroyer un 3e mandat au président sortant, Alpha Condé.  

En dépit du caractère pacifique et républicain de cette marche, la police et la gendarmerie, ordonnées par les marionnettes que sont le Maire de la Commune urbaine de N’Zérékoré (Moriba Albert Délamou), le Préfet de N’Zérékoré (Sory Sanoh) et le Gouverneur de la région administrative de N’Zérékoré (Ismaël Traore), ont réprimé avec une violence extrême les manifestants aux mains nues.

 Le bilan de cette barbarie est lourd : un mort (Mouctar Condé), une trentaine de blessés dont certains dans un état grave, des dégâts matériels qui se chiffrent en centaine de millions de GNF, et plusieurs arrestations arbitraires. Selon les informations dont dispose le BL, le Maire, le Préfet et le Gouverneur n’ont pas seulement ordonné la répression sauvage des manifestants pacifiques ; ils ont aussi instrumentalisé les jeunes favorables à la modification constitutionnelle en les poussant à faire la contremanifestation. Le défunt Mouctar Condé, faisait partie des contremanifestants.

 Aussi, des informations faisant état d’une réunion restreinte entre le Maire, le Préfet, le Gouverneur, le Ministre de la santé (Dr Edouard Lamah), le Ministre de la pêche (Dr Fréderic Loua), le Ministre de la ville, de l’urbanisme et de l’habitat (Dr Ibrahima Kourouma), le Ministre Remy Lamah et la Ministre Christine Sagno ont été obtenues par les responsables locaux du Bloc Libéral. Au cours de cette réunion, une liste de 15 jeunes leaders « à traquer », comme l’ont recommandé l’Honorable Amadou Damaro Camara et le Ministre Bantama Sow, a été dressée.  Parmi les 15, trois responsables locaux du Bloc Libéral font partie.

 Pire, un contingent de loubards, au nombre de 300 environs, est entretenu par le gouverneur, Ismaël Traoré, pour semer les troubles à N’Zérékoré et profiter pour liquider physiquement les personnes gênantes.  

Le Bloc Libéral condamne avec la dernière énergie cette barbarie et ces comportements irresponsables des commis de l’Etat et exige que justice soit faite.  

Le parti met en garde les administrateurs territoriaux et les ministres et personnalités concernés contre toute action portant préjudice à la santé ou à la vie d’une ou des personnes dont les noms apparaissent sur la liste ou à tout activiste de la cause nombre, qui vise à préserver l’intégrité de la constitution et des lois de la République. 

Le parti présente ses condoléances les plus attristée à la famille du défunt et prie pour le repos de son âme. Le parti exprime également toute sa solidarité à l’endroit des personnes victimes de la répression des agents de sécurité et exige la libération inconditionnelle des manifestants pacifiques arrêtés.

 Le Bloc Libéral félicite et encourage, par ailleurs, les héros de N’Zérékoré dans leur détermination farouche et leur engagement à défendre la constitution et les lois de la République. 

Enfin le Bloc Libéral exhorte tous les Guinéens à rester mobilisés dans le but d’exiger le respect scrupuleux des lois de la République.

 

Fait à Conakry, le lundi 18 juin 2019

Le Bloc Libéral ».