Manifs : Le FNDC appelle à la résistance les 28 et 29 janvier uniquement à Conakry

0
693

Les prochaines manifestations du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) seront organisées uniquement à Conakry les 28 et 29 janvier 2020. Si les opposants au projet de nouvelle Constitution ne disent pas pourquoi les autres villes ne sont pas concernées par les manifestations de ces jours, ils demandent tout de même à tous les citoyens de rester mobilisés pour faire plier Alpha Condé et son gouvernement.

Dans un communiqué qu’il a rendu public mercredi soir, le FNDC  dénonce des exactions des forces de l’ordre dans certaines villes de l’intérieur et à Conakry les 21 et 22 janvier : « Dans certaines villes du pays et dans des quartiers de Conakry, des expéditions punitives ont été lancées avec une violence sans précédent, comme si l’on est en état de guerre. On dénombre de nombreux blessés, de multiples arrestations arbitraires et des dégâts matériels importants.  Plusieurs personnes ont dû abandonner leurs domiciles pour se réfugier dans d’autres villes ou quartiers. Nous exprimons tout notre soutien aux populations de Dalaba et de Télémélé qui sont actuellement victimes des exactions policières. »

A Dalaba comme à Télémélé, des édifices publics ont été mis à sac. Le FNDC a également condamné de tels comportements. Le front se dit outré par les exactions des forces de l’ordre lors de ces événements : « Le FNDC condamne les dégâts matériels enregistrés, la destruction d’édifices publics et les incendies volontaires de véhicules privés commandités par les forces de défense et de sécurité ou avec leur complicité.  Plusieurs témoignages font état de la présence des agents de police et de gendarmerie qui encadraient des personnes habillées en civil en train de mener des exactions contre des paisibles citoyens supposés soutenir le FNDC. En outre, le FNDC dénonce les arrestations fantaisistes des citoyens dont la libération est conditionnée au paiement de fortes sommes d’argent au niveau des commissariats et des brigades de gendarmerie.  Le FNDC est profondément outré par le caractère sauvage et sélectif des répressions commises par les autorités guinéennes qui n’ont pas encore pris la mesure de la détermination du peuple de Guinée dans sa croisade contre le troisième mandat. »

Dans un autre communiqué, le FNDC a condamné l’incendie « volontaire » de neuf véhicules dans la nuit du 21 au 22 janvier 2020 à la Casse de Madina. Les auteurs de cet acte, selon le front, sont « des individus téléguidés du plus haut sommet de l’État. »

Cet acte, rappelle le FNDC, fait suite à l’échec de la tentative de brûler le marché de Koloma où les services de sécurité ont été filmés le 14 janvier en train de mettre le feu.

« De tels agissements relèvent d’une pure machination du pouvoir visant à en imputer la responsabilité à une communauté et inciter une autre à s’attaquer à leurs compatriotes ainsi qu’à leurs biens, notamment les boutiques et magasins à Madina. La machination en cours est d’ailleurs corroborée par la présence sur les lieux des extrémistes du régime qui appellent à des opérations de représailles, obéissant ainsi à leurs instincts habituels de pyromanes de la Nation. Aussi, il faut noter que quelques heures après cet incendie volontaire, plusieurs vidéos d’appel à la violence et à l’affrontement faites par des partisans du 3ème mandat circulent sur les réseaux sociaux », souligne le FNDC dans son communiqué n°053.

Mercredi, plusieurs responsables administratifs étaient présents à la Casse, notamment le gouverneur de la ville de Conakry, le ministre de la Sécurité. Ce qui indigne le FNDC, sachant que « 29 jeunes guinéens sont froidement tués et 61 personnes gravement blessées par balles des forces de défense et de sécurité sont actuellement alitées dans des hôpitaux à travers le pays, et qu’aucune de ces nombreuses familles endeuillées n’a reçu la visite ou la compassion d’une quelconque autorité du pouvoir de M. Alpha Condé. »

Le FNDC donne rendez-vous aux Guinéens la semaine prochaine, pour continuer la résistance : « L’ensemble du Peuple de Guinée est invité à rester mobilisé jusqu’à la victoire finale qui est de plus en plus proche. Pour la zone spéciale de Conakry, nous appelons les populations à se préparer à poursuivre le combat ce mardi 28 et mercredi 29 janvierprochains. »