Marché central de Télimélé : étalagistes et bœufs mènent une cohabitation difficile (constat)

0
244

Le centre-ville de Télimélé est confronté à un sérieux problème dû à la divagation des bœufs obstruant la circulation et occasionnant quelques fois des accidents mortels, sous le regard impuissant des autorités locales.

Aucune partie du centre-ville n’est épargnée par ce phénomène : de la rentrée de Dara à la sortie à Leywendou en passant par le grand marché ou du carrefour Baguiré à Kounna ou encore la route qui mène à Cité Bambaya, partout, la présence des bœufs se fait sentir à travers leur attroupement ou leurs excréments sur le bitume.

Au grand marché central, on assiste à une scène digne d’un film entre les étalagistes et les petits ruminants.  Ils se regardent en chien et chat. Certaines denrées alimentaires comme l’huile, le sel, les galettes, le pain et autres attirent les ruminants. Ce qui n’est pas du goût des vendeurs (euses). D’où parfois, une course poursuite des étalagistes contre les bœufs.

Au regard du climat délétère qui y règne, on n’estime être dans une ville tellement que le désordre et l’anarchie crèvent l’oeil de l’observateur. Cet état de fait ne donne-t-il pas raison à ceux qui, par cousinage à plaisanterie disent que : « Télimélé n’est pas une brousse mais les vaches passent la nuit à la gare routière ! ».

Par ailleurs, si la journée c’est le marché central qui est envahi par ces bêtes, la nuit tombée, la préfecture semble être leur lieu de prédilection. A cet endroit, ils élisent domicile et font leur festin devant le bloc administratif ou au parc de stationnement des véhicules.

A la station d’essence non loin de la gendarmerie, à partir de 23 heures, les bœufs obstruent complètement le passage et c’est justement là qu’un motard a heurté une vache il y a quelques mois et a subi un terrible accident.

Un autre accident, mais cette fois ci mortel, causé par une autre vache, a coûté la vie à un citoyen de Sarekaly devant la direction préfectorale de l’éducation, au cœur de la ville.

C’est pourquoi, ces bœufs en divagation, loin de faire l’unanimité, continuent de piller les cultures maraîchères des paisibles citoyens, avec comme conséquences des fréquents conflits entre éleveurs et agriculteurs.

Ayant bénéficié de quelques kilomètres de bitume de la voirie urbaine, la ville de Télimélé, qui connaît de nos jours une forte explosion démographique devrait rompre avec cette mauvaise attitude pour donner une image d’une ville rayonnante.