« Marche de la colère » à Kaloum: qu’est-ce qui fait courir les syndicalistes ?

août 17, 2018 4:42
0

La marche de colère des syndicalistes a été étouffée dans l’œuf ce vendredi 17 août par les forces de l’ordre qui ont réussi à vite les disperser à coups de bombes lacrymogènes, a-t-on constaté au siège de la CNTG (Confédération Nationale des travailleurs de Guinée), à Boulbinet, dans la commune de Kaloum. Lisez in extenso le contenu de la plateforme revendicative du syndicat :

«Le respect des 8 000fg par le litre des produits pétroliers ou l’augmentation de 10 000 000 fg au salaire de tous travailleurs du secteur public, privé et mixte. Lutte contre la corruption et le respect de la passation des marchés publics. La publication de tous les audits des marchés publics et autres. La diminution de 60% des dépenses budgétaires de toutes les institutions  et les ministères qui n’utilisent en réalité que 15%de leurs budgets. L’élimination de tous les projets budgétisés non conventionnels. La prise en compte dans les colonnes des recettes de toutes les régies OPA et EPIC (Port Autonome de Conakry, Office Guinéen de Publicité, Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications, SOGEAC…). L’augmentation de la pension militaire et civile de 100%. La valorisation de SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garantie) de 440 000 fg à 1 320 000 fg. L’arrêt de toute tracasserie routière. L’homologation des prix des denrées des premières nécessités et les matériels stratégiques (Ciment, Tôles, Penture, Fer à béton,…). Immatriculation à la CNSS (Caisse Nationale de la Sécurité Sociale) de tous les chauffeurs transporteurs d’hydrocarbure. Le respect de la durée des contrats des expatriés qui ne doit pas accéder deux ans renouvelable une fois. Le respect des normes environnementales et les droits des communautés. La résiliation des contrats signés relatifs du bail du Port Autonome de Conakry et le Terminal à conteneurs Bolloré. La résiliation de tous les  contrats miniers après la dissolution de la commission de révision des contrats miniers. L’opérationnalisation effective des institutions de protection sociale (CNPSAE et INAMO) par le payement des parts de cotisations, l’ouverture de compte à la Banque Centrale, s’simplification de la procédure  d’engagement (traitement-contrôle financier trésor). Mise en œuvre de l’exploitation de la SMFG (Société Mines de Fer de Guinée) à Lola et l’exploitation du Nikel à Faranah par la société Belzone. Le respect du protocole signé  le 23 juin 2018 entre le gouvernement et la fédération syndicale professionnelle des Transports… »