Aissata Daffé du FNDC : « Désormais, s’il y a une victime… nous sommes décidées à la porter dans nos bras jusque chez Alpha Condé »

0
158

Les femmes opposantes contre un éventuel troisième mandat pour Alpha Condé ont battu le pavé ce mercredi 23 octobre pour exprimer leur ras-le-bol sur la tuerie des manifestants. Elles ont marché sous escorte des forces de l’ordre,  du rond-point d’Hamdallaye dans la commune de Ratoma pour l’esplanade du stade du 28 septembre.

«Désormais, s’il y a une victime lors des manifestations, nous sommes décidées à la porter dans nos bras jusque chez le président de la République Alpha Condé. Nous en avons marre des atrocités perpétrées contre nos enfants», a lancé la députée Aissata Daffé et par ailleurs présidente des femmes de l’UFR.  «Il s’agit de protester vigoureusement en tant que femmes et au nom de toutes les femmes de Guinée», a-t-elle ajouté.

D’après Hadja Daffé, il n’y a rien de plus précieuse sur cette terre que la vie. « C’est celle-là que les forces de l’ordre ôtent à nos enfants. Nous exigeons que la justice soit faite, que des enquêtes soient menées et que les responsables soient jugés et punis conformément à la loi. Cette grande mobilisation des femmes doit amener le gouvernement à identifier et traduire devant les tribunaux les commanditaires des crimes lors des manifestations pacifiques. A compter de ce jour, toutes les femmes de Guinée vont manifester dans leur quartiers et dans leurs communes jusqu’à ce que l’ouverture des enquêtes soit effective. Nous mettons en garde le gouvernement et les forces de l’ordre contre toute forme exaction à l’endroit des citoyens qui manifestent paisiblement pour réclamer leur droit. Aucune injustice ou bavure ne sera tolérée par les femmes», a-t-elle dit.