Marche des opposants : cette grave accusation de l’opposition guinéenne

décembre 14, 2018 4:37

« Le régime dictatorial d’Alpha vient de franchir un nouveau cap dangereux dans la répression barbare qu’il ne cesse d’infliger aux militants de l’opposition…»

C’est l’opposition républicaine à travers son porte-parole Ahmed Kourouma du GRUP, qui l’a déclaré au sortir d’une réunion ce vendredi 14 décembre au quartier général de l’UFDG, à la Manière.

Selon lui, les forces de répression ont trouvé une nouvelle formule, « celle de tuer lentement par empoisonnement », ce, « après avoir froidement assassiné plus d’une centaine de manifestants pacifiques, interdit illégalement l’exercice du droit constitutionnel de manifester, militarisé de manière sélective certains quartiers réputés favorables à l’opposition et attenté à la vie du chef de file ».
Ce jeudi pour rappel, l’opposition républicaine avait projeté d’organiser une marche pacifique à Conakry. Mais aussitôt commencée, elle a été empêchée par les forces de maintien d’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène.
Mais selon l’oposition, la marche a été reprimée « avec du gaz toxique qui est destiné aux animaux féroces ».
D’après l’opposition républicaine, les bombes lacrymogènes utilisées ce jour, « sont périmées et leur usage formellement interdit car extrêmement dangereux pour la santé de l’homme ».  A l’en croire, ces mêmes bombes ont été utilisées au domicile du chef de file de l’opposition où s’étaient refugiés les leaders et certains militants. Elle dit d’ailleurs disposer de douilles des bombes explosées et des bombes non éclatées qui peuvent être analysées par des laboratoires indépendants.
Dans la déclaration qui a sanctionné la rencontre, l’opposition a par ailleurs invité les partenaires techniques et financiers de mettre en place un comité d’experts à l’effet d’évaluer la toxicité des gaz utilisés lors de cette marche du jeudi 13 décembre.
Pour terminer, elle a réaffirmé sa volonté de continuer la lutte contre la dictature et contre ce régime « qui banalise la vie humaine ».
A noter que le chef de file de  l’opposition a profité de la présence des médias pour présenter ses condoléances au president Alpha Condé suite au décès de sa soeur, avant de se diriger vers la maison mortuaire.