Marches de Dalein & Cie, assassinats, crises à l’éducation, au Port, à la Cour Constitutionnelle, Bah Oury se lâche (Partie II)

novembre 10, 2018 11:40
0

Dans cette deuxième partie de l’interview qu’il a accordée à Guinéenews, le Vice-président exclu de l’UFDG revient sur les marches de l’opposition républicaine et leurs conséquences.  L’ex-ministre Bah Oury s’est aussi prononcé sur l’attaque contre le véhicule du chef de file de l’opposition. Enfin, il a évoqué avec nous les crises qui ont secoué le port autonome et la cour constitutionnelle. Lisez !

Guinéenews : suite aux marches organisées par l’opposition républicaine, il y a eu de nombreux cas de morts et de nombreux dégâts matériels. La voiture du chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo a essuyé des tirs à « balles réelles ». Votre réaction par rapport à tous incidents?

Bah Oury : ce qui est le plus important, c’est le cas des morts. Des jeunes gens qui tombent.  Depuis, plus de trois ans, que la stabilité du pays, je dis et je répète, est une valeur importante qu’aucun responsable politique ne doit mettre en péril. D’où la nécessité d’une profonde décrispation entre tous les acteurs qu’ils soient politiques ou sociaux parce que sans la stabilité, on ne pourra rien construire et la pauvreté va s’amplifier et l’image de notre pays  sera détériorée tant à l’interne que sur le plan international. Nos jeunes seront désespérés puisqu’ils vont se sentir sans espoir. Cela ne fera que renforcer le climat délétère  dans lequel nous baignons aujourd’hui.

Maintenant, par rapport aux marches et aux tueries, j’ai rencontré récemment le général Ibrahima Baldé. A ma demande, je l’ai trouvé au Haut Commandement de la Gendarmerie nationale pour lui dire en substance ceci : « nous nous efforçons de faire en sorte qu’il y ait un climat de paix et de sérénité sans violences notamment dans certaines parties dites chaudes de la capitale. Nous ne pouvons pas par conséquent admettre que des éléments de forces de l’ordre abusent de l’utilisation des armes à feu contre les paisibles citoyens et certains d’entre eux utilisent cela comme s’ils allaient à la chasse  au pigeon. Ceci n’est pas acceptable et s’il y a des infiltrés, s’il y a des indisciplinés, s’il y a des acteurs qui cherchent à faire  en sorte que la violence soit la donnée la plus courante dans notre pays, les forces de l’ordre et de sécurité, dans le caractère républicain, doivent assurer la sécurité de tous  sans exclusive sans discrimination.»

De ce point de vue, c’est le langage que j’ai tenu au général Ibrahima Baldé en lui demandant de par sa position et ses responsabilités de tout mettre en œuvre pour que tous les citoyens guinéens, que ce soit à Conakry ou à l’intérieur du pays, puissent être rassurés que les hommes en uniforme sont là pour défendre les valeurs de la République et assurer la sécurité de tous les Guinéens. Et ensuite, s’il y a des éléments extrêmes qui veulent aller à l’au-delà, à eux, du côté de ceux qui portent l’uniforme de savoir qui ils sont, pour quels intérêts agissent-ils, pour démanteler ces réseaux et qui mettent la sécurité de nos concitoyens en danger.

Sur le plan civil, la justice doit mettre tout en œuvre pour qu’il n’y ait aucune sorte d’impunité dans le cadre de la sanction et de situer les responsabilités contre tous ceux qui utilisent les manifestations dites pacifiques pour créer le désordre à des fins occultes inavoués.

Maintenant, concernant le véhicule du chef de file de l’opposition, il y a une information judiciaire qui est ouverte par le procureur général de la Cour d’Appel de Conakry. D’après mes informations, la police nationale aidée par la police scientifique des Nations Unies sont en train de mener les enquêtes. J’attends d’avoir le rapport de ces enquêtes pour me prononcer par rapport à votre question.

Guinéenews : vous êtes « Vice-président » de l’UFDG et vous dirigez un mouvement ‘’le Renouveau’’. Quelle différence y a-t-il entre les deux ?

Bah Oury : vous savez déjà, j’ai un contentieux judiciaire avec le groupe qui est dirigé par le président de l’UFDG actuel (Cellou Dalein Diallo, ndlr) qui avait décidé le 4 février 2016 d’exclure Bah Oury de la formation politique dont il est le fondateur. J’ai porté plainte. C’est au mois de mars 2017, les tribunaux en première instance m’ont donné raison en considérant que la décision du président de l’UFDG d’exclure Bah Oury est nulle et de nul effet. Parce que ne correspondant pas ni aux statuts,  ni au règlement intérieur, ni aux principes qui dirigent l’UFDG.

A la suite de cela, ils ont interjeté appel auprès de la Cour d’Appel de Conakry. Mais depuis bientôt dix-neuf mois, la Cour d’appel tarde à statuer sur une décision qui n’est pas du tout compliquée. Mais de manière dilatoire pour retarder de manière indispensable décision de la Cour d’Appel et utiliser par certains qui en ont fait leur tradition. Mais j’espère que la Cour d’Appel de Conakry devra se prononcer d’ici la fin de l’année. Sinon j’irai porter plainte au niveau des hautes juridictions sous-régionales comme la Cour de justice de la CEDEAO par rapport à la non-application d’une décision judiciaire et d’une lenteur exagérée pour qu’il y ait le verdict concernant l’arrêt d’une Cour d’appel suite à l’interjection de cet appel.

Maintenant, nous sommes le ‘’Renouveau’’. Pour les élections communales, nous avons présenté des listes, au nom de notre mouvement qui n’est pas un parti politique. Dans le cadre de l’élection communale, dans le cadre des listes indépendantes, nous avons pu le faire. Donc, voilà le ‘Renouveau’’. En ce qui concerne mon statut, je suis le premier vice-président de l’UFDG actuellement conformément au congrès de juillet 2015 qui stipule que Bah Oury est élu comme premier vice-président de l’UFDG et remplace le président en cas d’empêchement ou absence. C’est une résolution expresse du congrès que l’UFDG a organisé en 2015. Donc, ceux qui veulent raconter autre chose, on les laisse libres de dire ce qu’ils veulent.

Guinéenews : l’éducation guinéenne est secouée par un mouvement de grève qui est dirigé par Aboubacar Soumah. Qu’en dites-vous?

Bah Oury : comme je vous l’ai dit, j’ai rencontré le Premier ministre pour évoquer l’évolution de la situation sociopolitique du pays pour lui demander de mettre tout en œuvre pour que sur le plan social, une dynamique de concertation qui permettra de faire prévaloir une pédagogie active en lieu et place d’attitudes qui ne peuvent que conforter les frustrations et les tiraillements. Je souhaite que le Premier ministre, M. Kassory Fofana, qui nous avait reçus, accède à cette demande qui va dans le sens de l’intérêt collectif et d’une sortie de crise salutaire en ce qui concerne le secteur de l’éducation nationale.

Nous avons également rendu visite au Secrétaire général du SLECG, M. Aboubacar Soumah entouré de toute son équipe à leur siège pour leur demander de faire prévaloir l’indispensable nécessité du dialogue et de la concertation pour que cette crise trouve un terme le plus rapidement possible pour l’intérêt des enfants et de la Guinée et de l’école de manière générale. Je suis persuadé que des réformes en profondeur devront être engagées dans les court et moyen termes pour répondre et régler les déficits structurels dont l’école est victime. Mais ceci nécessitera des efforts, des capacités budgétaires importantes et une visibilité pour que les choses puissent se faire dans l’intérêt de tous. Et pour enfin construire une école qui permettra pour les décennies à venir  d’avoir l’émergence d’une génération de Guinéens, employables et ouverts aux réalités technico-scientifiques du monde. (…)

Guinéenews : récemment, il y a eu la cession du Port autonome à Albayrak, une société turque ainsi que le changement de président  à la tête de la Cour Constitutionnelle. Quel enseignement tirez-vous de toutes ces crises et de la gouvernance actuelle?

Bah Oury : par rapport à la question du port autonome de Conakry, je le dis et je le répète, je m’abstiens de me prononcer sur le dossier complexe sur lequel je ne dispose d’aucune information. Pour ne pas dévaluer ma parole et raconter des choses qui ne correspondent pas à la réalité. Et la question de la gouvernance du Port est un sujet complexe que des personnes  plus expertes que moi pourront dire.  Je n’ai pas eu les accords, je ne suis pas un spécialiste des questions portuaires mais, je sais simplement que le port de Conakry pour améliorer sa compétitivité et sa productivité, a besoin de manière indispensable d’investissements et une qualité de gouvernance pour asseoir les bases pour que le port de Conakry puisse compétir avec le même niveau de technicité et d’efficacité que celui de Dakar et celui de d’Abidjan. (…)

Par rapport à la Cour constitutionnelle, c’est une question interne de gouvernance interne entre des personnes qui, à mon point de vue, aussi bien le président déchu que les autres conseillers, chacun à sa place, a commis des faits qui ont terni l’image de notre Cour constitutionnelle.

Interview réalisée par Amadou Kendessa Diallo pour Guineenews.org