Maréla-Faranah: un jeune tue son ami et disparait dans la nature

août 31, 2019 12:02

Le drame s’est déroulé dans la nuit du mercredi 28 au jeudi 29 août après une soirée dansante dans une boîte de nuit située à deux kilomètres de Maréla-centre. Âgé de 25 ans, Mamadou Sidibé a poignardé son ami Mamadou Aliou qui est originaire de Télimélé. Choqués par ce meurtre, les ressortissants de Télimélé à Maréla se sont attaqués au siège local de la gendarmerie par des jets de projectiles.

Après avoir été poignardé, Mamadou Aliou a été aussitôt accompagné par son agresseur au centre de santé de la place. Sentant la mort inéluctable de son ami, le présumé meurtrier prendra la fuite derrière sa petite amie. Celle-ci sera mise aux arrêts aussitôt après. Soumis à l’interrogatoire des agents de la gendarmerie, elle finira par dénoncer son copin, Mamadou Sidibé comme étant l’auteur du meurtre.

Joint par téléphone, le Commandant de la brigade de gendarmerie territoriale de Maréla, commandant Martin Loua, revient sur les circonstances de ce drame : « un jeune homme a bien poignardé son ami et ce dernier a trouvé la mort. Ils faisaient tout ensemble. Ils sont sortis avant-hier pour aller à la soirée avec leurs copines. Sur le chemin du retour, ils ont d’abord embarqué les deux filles sur une seule moto. Elles ont été déposées à Marela-centre. Les deux amis ont, quant à eux emprunté une autre moto. Arrivés à Maréla, ils se sont battus. Nous ne savons les causes réelles de leur bagarre. Les filles, elles, ont été interpellées et transférées par la suite à Faranah… Elles sont au compte de la compagnie gendarmerie à Faranah. Il y a eu jets de pierres mais la gendarmerie n’a pas été saccagée. Quand Mamadou Sidibé a poignardé son ami, c’est lui-même encore l’a embarqué dans une voiture pour le poste de santé du camp.»

De son côté, le sous-préfet de Maréla, Lansana Amat Mara, a confirmé la survenue de ce drame avant d’annoncer qu’un terrain d’entente a été trouvé avec la famille de la victime afin qu’elle soit inhumée à Télimélé.

Par ailleurs, le sous-préfet affirme que les causes du meurtre sont non encore élucidées parce que le présumé assassin est en cavale.