Massacre de Zogota : la compagnie VALE visée par une plainte d’un collectif d’avocats guinéens

septembre 12, 2018 3:18
0

Dans la nuit du 3 au 4 août 2012, des éléments des forces de défense et de sécurité avaient mené une expédition punitive à Zogota, localité située dans la préfecture de N’Zérékoré au Sud du pays.  Six ans après, aucune action judiciaire n’a été engagée contre les préposés de l’Etat mis en cause dans ce massacre qui avait fait six morts, des blessés, des arrestations arbitraires, des tortures et des destructions des biens.

L’Ong ‘’Les Mêmes Droits Pour Tous’’ a annoncé, ce mercredi 12 septembre 2018, avoir déposé une plainte additive, hier mardi, contre la société brésilienne VALE pour «complicité d’assassinats, d’incendies volontaires, des coups et blessures, et des destructions de biens matériels».

Même si la plainte déposée en 2012 n’a pas prospéré contre les éléments de forces de défense et de sécurité, Me Frédéric Foromou ne perd pas espoir que l’Etat guinéen reviendra à la raison pour rendre justice aux victimes de ce qu’il a appelé « une infraction gravissime ».

Car, poursuit-il, « Vale a fourni des moyens logistiques. Elle a mis des voitures à la disposition des éléments des forces de défense et de sécurité pour aller attaquer le village de Zogota. Les villageois ont clairement identifié les voitures de Vale et puis à la veille de l’attaque, on a aperçu des véhicules militaires, à l’hôtel Le Mont Nimba de N’Zérékoré, qui a servi de base à la société Vale à N’Zérékoré, s’approvisionner en carburant ».

Selon l’avocat, « c’était une expédition punitive pour aller massacrer les villageois. Il a été clairement défini que Vale a aidé à planifier  ce massacre-là parce que la réunion s’est tenue à son siège. C’est pourquoi hier (12 septembre 2018, ndlr), nous avons décidé de porter plainte contre Vale à la justice au nom des victimes et des communautés qui ont été massacrées et dont les biens ont été volés ou incendiés ».

Enfin, dira Me Loua, « nous voulons interpeler la justice guinéenne pour que Vale vienne afin de clarifier le rôle qu’elle a joué dans ce massacre ».

Cette nouvelle plainte est additive à la première plainte contre les préposés de l’Etat adressée au tribunal de première instance de N’Zérékoré en 2012 même si le procureur s’est déclaré à l’époque incompétent pour faire comparaître les éléments des forces de défense et de sécurité mis en cause dans cette affaire.

« Nous espérons que le ministre de la justice va donner des instructions fermes pour la réussite de notre plainte », a ajouté Me Pépé Antoine Lamah, du MDT.

Avant de déplorer que « six ans après une plainte déposée contre des agents des forces de l’ordre et de sécurité de la Guinée, force est de constater que l’Etat de la Guinée a failli à son devoir d’enquêter sur les événements de Zogota, de poursuivre les responsables et de rendre justice aux victimes ».