Match du rire : Les humoristes ivoiriens promettent de « tuer » les Guinéens sans faire de victimes

avril 1, 2018 12:38
0

A l’image du label Nord Sud Com, un match du rire se tiendra ce dimanche 1er à l’hôtel Mariador Palace, suivi du lundi 2 avril au Palais du peuple. Il met aux prises les humoristes guinéens Kabakoudou, Mamadou Thug et Sow Pedro et leurs confrères de la Côte d’Ivoire, Magnifik, Agalawal et DJ Ramatoulaye.

Un match que les humoristes guinéens comptent remporter avec brio face à leurs homologues dont ils ne minimisent pourtant pas la performance. Sow Pedro rassure en tout cas aborder la partie avec un moral super tranquille, parce jouant à domicile.

« C’est vrai qu’Abidjan est en quelque sorte un carrefour culturel. Si fait que beaucoup de choses qui se passent là-bas se répercutent tout de suite sur le reste de l’Afrique francophone, et même au-delà. C’est un peu moins le cas à Conakry, même si on veut faire quelque chose d’extraordinaire, ça va être un peu compliqué. Mais nous, on est confiant. On a déjà joué à Abidjan. Et comme on le dit dans ce pays, on se sait. On se connait. Mais surtout, on va s’amuser », rassure-t-il.

Toutefois, Pedro indique qu’il ne faudrait pas que les gens perçoivent ce match dans le cadre d’une confrontation frontale entre les deux pays comme si c’était le football alors que le football même est un amusement. « Que les gens viennent pour rire ensemble et non les uns contre les autres. Il n’y aura pas de mots déplacés à l’endroit de la Côte d’Ivoire, tout comme il n’y en aura pas de la part de nos confrères ivoiriens à l’endroit de la Guinée », souhaite-t-il.

Pas plus tard que ce vendredi 30 mars, l’humoriste guinéen a offert un spectacle de taille aux spectateurs au Centre culturel franco-guinéen. Au regard des riches et comiques sketchs présentés, certains estiment qu’il a vidé son répertoire. A cela, Sow répond : « Moi, je suis issu d’une école qu’on appelle Les Serial Rieurs, à l’image de Serial Killers. C’est-à-dire, les tueurs en série. Donnez-moi 7 jours de spectacle dans la semaine, je présenterai 7 sketchs différents. Vous me donnez un thème, je créerai un thème avec l’école. En 5 ans, nous avons fait 31 présentations. Je n’ai pas dit spectacles. Parce que là, on arrive plus à le compter. Le savent bien, ceux qui nous suivent sur les réseaux sociaux. On a des sketchs en réserve, des sketchs bien adaptés à la situation. C’était prêt il y a longtemps. »

Amuser la galerie et lancer un message fort en vue du raffermissement des liens d’amitié entre frères africains et entre compatriotes qui ‘‘s’entredéchirent’’ pour un problème d’ethnie. C’est à cela que se résume la visite de DJ Ramatoulaye et ses ‘‘coéquipiers’’ qui de ‘‘tuer’’ sans faire de victimes.

« On va les tuer sans qu’ils ne meurent. Et il n’y aura même pas de sang. On va leur couper la tête sans que le sang ne sorte », ironise-t-il, même s’il émet une réserve pour le fait que l’arbitre soit le doyen Sow Bailo. Donc, un Guinéen. « Mais c’est déjà gagné. Nos adversaires seront battus devant leur public même », rassure-t-elle.