Mediapro a coiffé Canal sur les droits TV de la Ligue-1 française: la mort des distributeurs d’images locaux en vue

juin 1, 2018 11:38
0

Le souci des distributeurs d’images TV dans les différents pays africains est réel. Canal vient de se faire chiper la priorité dans la retransmission des grands matches de la Ligue-1 française. C’est tout ce qu’on connait pour l’instant sur ce groupe Mediapro-BeIN, dont on dit qu’il serait doté d’un budget d’un milliard-cinq-cents millions d’euros en association avec les Chinois et peut-être avec les Qataris. La bataille commerciale va être rude.

Ainsi présenté, on ne peut pas ne pas voir Star Time ou une autre société chinoise dans, derrière ou devant de cette affaire. La guéguerre entre Canal et Star Time est en sourdine depuis un temps à Conakry, mais les coups sont bien contondants. On a vu Star Time délesté petit à petit de certains programmes et chaines de TV dont Canal a la haute main et sans lesquels Star Time est réduit à sa plus petite expression. Par exemple : sans LCI, sans TV5, sans TFI, France 2-3-5… pour ne citer que ces chaines et surtout sans les chaines de football et les autres sports, Star Time ne fait aucun poids.

Pour les stratèges de Canal, qui se sont demandé si Mediapro pourrait tenir la route, puisqu’il lui faudrait, selon leur calcul, 850 mille abonnés à 15 euros pour rentabiliser le pactole de 1milliard 153 millions déboursés pour rafler le marché des grands matches du championnat français, mais ils oublient que si les Chinois ont leur nez dans l’affaire et les Qataris, aussi, cela risque d’aller envahir toute l’Asie, sans compter ce qu’il y a déjà en Afrique comme base.

Pour l’instant, Canal ne risque pas d’être « avalé » jusqu’en 2024, mais son « ingurgitation » est en vue. Les nouveaux arrivants ont les dents longues. Il serait curieux de savoir comment Canal va faire pour éviter ce qui va lui arriver inéluctablement.  Déjà, il a été surpris de voir un inconnu comme Mediapro le coiffer sur la ligne d’arriver, d’autres coups louches comme celui du père François ne sont pas à exclure.

 Du coup, les distributeurs d’images locaux dans les pays africains ont des soucis à se faire pour l’avenir. Si Canal ne se débat pas pour garder certaines exclusivités, s’il ne baisse pas les prix d’abonnement, puisqu’il ne peut pas vendre les mêmes images que d’autres plus cher. Et s’il doit baisser le prix d’abonnement au même niveau que Star Time, actuellement, ce sont les distributeurs locaux qui doivent disparaître.