Médias : Sidya Touré condamne fermement l’incarcération du journaliste Lansana Camara

0
1014

Comme on le sait, le journaliste, Lansana Camara, Administrateur général du site Conakrylive.com et correspondant en Guinée de Chine Nouvelle, a été mis aux arrêts dans la soirée du mardi 26 mars, suite à une plainte du ministre des Affaires Etrangères pour  »diffamation ». Depuis, des réactions viennent de toutes parts pour dénoncer cette arrestation arbitraire qui viole la loi sur la liberté de la presse et constitue une entorse grave à la démocratie en Guinée.

Interrogé par Guinéenews, l’ancien Premier ministre Sidya Touré n’a pas tardé un instant pour condamner avec fermeté cette arrestation. « Nous avons obtenu la libéralisation des ondes et de la presse en générale au temps du Général Lansana Conté. C’était un militaire. Il a accepté dans le cadre de la libéralisation d’abord de notre économie pour laquelle il a travaillé depuis 1986. Il a fini par admettre la charte des partis politiques, la création de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et la libéralisation totale des ondes », a d’abord rappelé le président de l’Union des Forces Républicaines (UFR).

Sidya Touré est loin d’imaginer que des journalistes soient simplement écroués en violation de la loi sur la presse sous un régime dit démocratique. «Je ne peux pas imaginer aujourd’hui, après avoir eu toute cette période de lutte qui devait aboutir à une démocratisation de régime dans notre pays, qu’un journaliste soit tout simplement écroué. Alors que les procédures sont prévues clairement par la loi sur la presse. On n’enferme pas les journalistes de cette manière. D’ailleurs aucun citoyen ne peut être arrêté de cette manière. On lui laisse quand même le droit de pouvoir se défendre soit par un avocat, soit directement devant les tribunaux », a-t-il souligné.

Le président de l’UFR a fermement condamné l’arrestation de notre confrère avant d’inviter les journalistes à continuer à protester afin de tels actes ne se répètent plus. « Je condamne fermement ce comportement du régime en place et je crois que les journalistes doivent continuer à protester le plus possible pour que de telles choses ne se répètent pas. Nous sommes en train d’aller vers des échéances électorales, il ne faut pas que ce soit une opportunité pour faire taire toute la presse de notre pays. Parce que nous voyons que, petit à petit, on est en train de nous grignoter nos libertés que nous avons pu conquérir avec une lutte qui a été extrêmement difficile », a lancé Sidya Touré.