Menace sur le dialogue: Damaro y voit une volonté de l’opposition de faire fuir les investisseurs

avril 21, 2018 2:04
0

Lors de sa dernière réunion, l’opposition a menacé de se retirer du comité de suivi si elle ne constate pas d’avancée significative d’ici la fin de la semaine prochaine. Interpellé sur cette sortie de l’opposition guinéenne, le président de la majorité parlementaire, Amadou Damaro Camara se dit n’être pas surpris par cette réaction des opposants.

«Je crois qu’on est habitué à cette réaction de l’opposition guinéenne. A chaque fois que nous allons au dialogue, ils ont des revendications et de notre part, nous avons la bonne volonté d’accepter toutes leurs revendications. Dès qu’on doit réfléchir ou discuter, ils assimilent cela à un manque de volonté politique», a réagi le député Damaro Camara qui ne trouve pas du tout  opportune cette sortie de l’opposition. Parce que, explique-t-il, depuis que ces points ont été envoyés au niveau du comité de suivi après la rencontre entre le président de la République et les différents éléments de la classe politique, ils sont en train de travailler.

S’exprimant sur le contentieux électoral, le député de la majorité présidentielle a indiqué qu’un sous-comité a été mis en place pour négocier de manière restreinte afin de voir ce qu’ils peuvent concrètement faire.  Déjà, précise-t-il, cette commission a eu une rencontre le mercredi passé et hier vendredi. Nous avons eu des avancées, a-t-il annoncé.

  Dans ses revendications, l’opposition a soulevé la question du fichier électoral qui, dit-elle, ne  figure pas parmi les textes programmés à la session des lois à l’Assemblée Nationale.

  A cette préoccupation, Amadou Damaro Camara répond à l’opposition qu’on ne programme pas des idées à l’Assemblée Nationale mais plutôt des textes.

Selon lui, une commission tripartite, composée des trois groupes parlementaires, doit se concerter pour élaborer un texte et proposer ce texte à l’Assemblée Nationale. Mais avant la production du texte, on ne peut pas programmer, martèle le président du groupe parlementaire du RPG Arc-en-ciel.

Par ailleurs, le président de la majorité parlementaire, n’a pas manqué lors cette sortie sur Guinéenews pour lancer des piques aux opposants : « il a fallu que le président de la République décide de procéder à la pose de la première pierre d’un méga projet pour que notre opposition se précipite comme pour dire aux investisseurs étrangers que le pays n’est pas stable, nous sommes prêts à recommencer les manifestations.»