« Menaces » sur le projet Koukoutamba : le gouverneur de Labé met les points sur les i

661

Récemment, des ressortissants de Tougué regroupés au sein d’une association, ont menacé de « massacrer » tous les chimpanzés de Koukoutamba. Si toutefois le projet de réalisation du barrage hydro-électrique ne se concrétise pas. Face à cette menace, El Hadj Madifing Diané, gouverneur de la région de Labé est sorti de ses gonds.

« La question de la protection des animaux, elle est déjà réglée et entièrement résolue. Cela ne fait plus l’ombre d’aucun doute et ne fait plus objet de discussions entre les protecteurs de ces animaux et la réalisation de ce projet », précise d’entrée El Hadj Madifing Diané.

Interpellé sur le fait que ces citoyens accusent également des ONG (organisation non gouvernementales) de produire des rapports pour bloquer la réalisation du projet, le gouverneur a été clair : « c’est de la désinformation et c’est nuisible à nous. C’est l’un des plus grands projets de ce pays pour ne pas dire le plus grand projet de ce pays. Sa réalisation ne souffre d’aucun doute par la grâce de Dieu. Pas plus tard que le mois dernier, j’étais, en compagnie de tous nos partenaires, sur les chantiers des entreprises qui évoluent dans le cadre de la réalisation de ce projet hydroélectrique de Koukoutamba. Tout ce qui est nécessaire à l’installation et au transport de ce courant jusqu’en Guinée-Bissau et au Sénégal, tout est déjà ici et dans le quartier Horé Saala. Allez-y, vous verrez stocker tout ce qui est nécessaire pour le transport du courant en faveurs de ces populations autour de ce fleuve. »

Et de poursuivre : « c’est effectif, le financement est certain. Le conflit entre défenseurs de la faune et l’Etat, est déjà entièrement réglé avec la participation même des sociétés minières pour la délocalisation de tous les animaux. Ils vont être transférés dans des zones déjà ciblées et qui sont actuellement en aménagement. Donc, je peux vous assurer que c’est de la désinformation. C’est étape par étape. Je vous dis que le chantier est en évolution. On nous a même dit ce jour que les 95% du matériel sont sur place et les travaux continuent. Dans les trois ou quatre mois, nous aurons terminé avec la zone de Labé pour arriver aux autres. Le Sénégal et la Guinée-Bissau sont déjà à la porte. C’est nous qui sommes en retard et ce retard aussi est due aux violences. Parce que les travailleurs avaient abandonné tout le chantier ici… »

En plus du barrage, les populations de Tougué attendent de pied ferme la réalisation de la route préfectorale qui est complètement défoncée.

Facebook Comments