Mesures à minima anti-Covid-19 : Alpha Condé desserre le corset

0
735

Dans son discours à la Nation du vendredi, fixant les  nouvelles mesures d’assouplissement dans le cadre de la riposte contre la Covid19, le président Alpha Condé s’est livré à un exercice d’équilibriste entre l’impérieuse nécessité de garder le cap dans le cadre de la lutte menée de façon laborieuse contre la pandémie, et celle de lâcher un peu la bride aux populations mises sous cloche, depuis plusieurs semaines.

Cette démarche présidentielle obéit à un mimétisme. Quand on sait que nos voisins de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, j’en passe et des meilleurs, ont fait de grands bonds en avant, dans l’assouplissement des mesures de confinement de leurs populations. En allégeant  le couvre-feu, et en ordonnant la réouverture des lieux de culte et autres restaurants et maquis.

Certes pour le cas guinéen, les restaurants et les débits de boisson continuent de fonctionner sans entrave.

Dans son speech, le président a lui-même reconnu être devant un dilemme cornélien, à savoir « comment concilier la conduite du combat sanitaire avec l’exigence de la préservation de la liberté des citoyens et de la poursuite des activités économiques ? »

Ce qui aurait conduit l’exécutif donc à lever un peu le pied, pour desserrer le corset.

 Ainsi dans son bilan d’étape de cette riposte, Alpha Condé comme à son habitude, a fait de grandes annonces. Le chef de l’Etat qui est prodigue en promesses, a remis ça en faisant miroiter un dépistage massif dans les jours à venir, qui sera rendu possible grâce à une ‘’amélioration de la capacité de test des laboratoires, avec des moyens garantissant 1000 tests par jour, grâce à de nouveaux appareils attendus cette semaine. Alors qu’on en est aujourd’hui à aujourd’hui de 350 par jour’’.

Parmi les mesures prises par le président figurent  ‘’la reconduction de l’état d’urgence  pour une durée d’un mois à compter de ce vendredi 15 mai ; le changement des horaires du couvre-feu, qui passe de 22 heures à 05 heures du matin pour la zone du Grand Conakry (Conakry, Coyah et Dubréka) et la levée entière de ce couvre-feu pour l’Intérieur du pays.’’

A cela il faut ajouter l’allègement de la mesure relative ‘’au rassemblement des personnes à l’Intérieur du pays avec les regroupements, qui passe de 20 à 30 personnes au maximum.’’

Sur l’impact de la crise sanitaire sur la vie économique et sociale, le chef de l’Etat promet ‘’d’élargir et de renforcer le soutien aux populations et aux secteurs économiques sinistrés.’’

Cela concerne surtout ‘’le secteur agricole, avec les énormes pertes subies par certains citoyens  dans les filières de l’anacarde, l’ananas et des pommes de terre, qui au regard du président  doivent être soutenus.’’

Il n’a pas manqué de faire un clin d’œil  à nos compatriotes bloqués à l’Etranger, dans des conditions parfois ‘’difficiles dues au COVID-19, notamment  les étudiants. A ce propos, il dit avoir instruit le gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires et utiles en vue d’apporter une assistance financière et exprimer leur solidarité aux familles des victimes guinéennes du coronavirus à l’Etranger, ainsi qu’à la poursuite des opérations de rapatriement volontaire de nos compatriotes, à travers des vols humanitaires.’’

Quant aux violences survenues le  12 mai dernier à Coyah, Dubréka et Kamsar, avec à la clé des pertes en vies humaines, Alpha exhorte ‘’la justice à faire la lumière sur ces faits graves et à en tirer toutes les conséquences judiciaires.’’

Même si pour le cas de ces crimes, les victimes et leurs familles susurrent ne rien attendre de notre justice. Une justice  qu’elles considèrent comme étant à la solde des seuls puissants.

Elles en veulent pour preuve, qu’on en soit encore à tourner en rond dans les dossiers judiciaires sur les tueries perpétrées en Guinée depuis l’avènement de ce régime au pouvoir en 2010. Aucune lumière n’a été faite  à ce jour. Seul le pauvre capitaine Kaly Bah a été sacrifié sur l’autel de cette justice du deux poids deux mesures. Juste pour se donner bonne conscience.

Les religieux doivent prendre leur mal en patience

Ceux qui ne trouvent pas leur compte dans cet allègement des mesures anti-convid19, sont surtout les religieux, qui s’attendaient à ce que le chef de l’exécutif saisisse cette occasion pour annoncer la réouverture des lieux de culte. Quand on sait que la question commence à s’inviter dans les revendications sociales.

Alpha n’a pas franchi le pas dans ce sens, étant conscient sans doute de la mauvaise passe sanitaire dans laquelle se trouve son pays. Car vouloir faire comme nos voisins Ivoiriens ou Sénégalais, en ordonnant la réouverture des mosquées et des églises, serait suicidaire. Étant donné que nous ne tenons pas encore le bon bout dans le cadre de la riposte contre la pandémie.

Le président a beau claironner  ‘’qu’en terme de résultat, nous pouvons être fiers du travail accompli ensemble puisque la Guinée aujourd’hui enregistre l’un des plus faible taux de décès de toute la sous-région et un des plus bas au monde avec un chiffre de 0,59% de victimes par rapport au nombre de cas infectés, quand cette triste moyenne s’élève à 6,77 au plan mondial.’’

N’oublions pas qu’à date, comme il l’a relevé lui-même, ‘’nous avons 11.100 personnes testées, et nous dénombrons 2.531 cas positifs soit 23 %, 1.094 guéris et déplorons le décès de 15 patients.’’

Des chiffres que certaines sources avisées prennent avec des pincettes sur les réalités du terrain.

Encore une fois, ces mesures à minima viennent confirmer l’amateurisme avec lequel les pouvoirs publics gèrent cette crise sanitaire. Cela ressemble tout simplement à véritable capharnaüm.