Meurtre de Dr Mamoudou à Rouen: le message des manifestants devant l’Ambassade de France à Conakry

juillet 26, 2019 4:09

Une semaine après l’assassinat du jeune Dr Mamoudou Barry à Rouen, en France, l’émotion reste vive à Conakry. Amis, activistes de la société civile, parents du défunt étaient puissamment mobilisés, ce vendredi 26 juillet devant l’Ambassade de France à Conakry pour réclamer justice.

 « En marge du phénomène de la migration vers l’occident, les crimes raciales continuent à éclabousser nos compatriotes », a déploré Ange Gabriel Haba, un activiste de la société civile guinéenne.

Dans la foulée, M. Haba, qui était le porte-parole de la société civile guinéenne, a indiqué que Dr Mamoudou Barry a été ‘’froidement’’ tué par un franco-turc pour des raisons racistes. « C’est avec un sentiment de choc, de tristesse et de colère que nous avions appris « l’assassinat » de notre compatriote Mamoudou Barry, enseignant-chercheur à l’Université de Rouen, assassiné dans la même ville normande le 19 juillet 2019 », a-t-il expliqué.

Et de poursuivre : « nous condamnons avec fermeté cette barbarie qui, en plus de son caractère extrêmement ignoble, viole les textes internationaux en matière des Droits de l’Homme. »

Dans la même logique, les organisateurs de cette marche qui a démarré au rond-point du Port Autonome de Conakry (PAC) pour prendre fin devant l’Ambassade de France, ont lancé un appel pressant au Conseil de sécurité des Nations Unies de veiller au respect des dispositions de la déclaration universelle des Droits de l’Homme dont l’article premier dispose que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. » 

« Aux organisations de défense de droits de l’homme de prendre des dispositions pour suivre de près la procédure relative à l’assassinat de Mamadou Barry. Aux migrants établis dans les différents pays occidentaux, observer et de respecter les lois, les règlements et normes culturelles et sociales des pays d’accueil pour faciliter leur intégration totale », ont-ils demandé.     

Lire vidéos: