Meurtre du jeune Ibrahim: le ministre de la Sécurité accuse des loubards et salue le professionnalisme des agents de police

octobre 17, 2018 3:57
0

 «Ce sont des loubards qui ont tiré. Les forces de l’ordre ont agi professionnellement»

Le ministre Alpha Ibrahima Kéïra, est intervenu ce matin sur les antennes d’Espace FM pour dire sa part de vérité sur l’intervention des forces de sécurité lors des évènements de la deuxième journée de « ville morte» appelée par l’opposition républicaine. Les évènements au cours desquels il y a eu un mort. Parlant de la mort de ce jeune, le ministre de la Sécurité a soutenu que les bandits se seraient infiltrés dans le mouvement des manifestants pour  tirer ce coup fatal.

A savoir ce que pense le ministre Keïra des violences qui secouent  Kindia actuellement et les circonstances de la mort du jeune à Koloma, il a répondu qu’il est peiné d’apprendre que Kindia a basculé dans la violence et choqué de la mort brutale de ce jeune. Tout compte fait, selon le ministre de la Sécurité, la justice suit le dossier.

«Je présente mes condoléances à la famille éplorée. Je suis peiné d’apprendre que Kindia a basculé dans la violence avec des dégâts et des pillages. C’est dommage! …Pour l’heure, nous attendons les conclusions de la Justice sur cet acte malheureux qui a coûté la vie à un jeune Guinéen. Ça fait un mort de trop. Et cela est regrettable!»

Pourquoi cette bavure des forces de Sécurité ?

Pour le ministre Keïra, cette mort n’a rien à voir avec la police.  Il accuse les loubards qui se seraient infiltrés dans le mouvement des manifestants. «Non. Les forces de sécurité travaillent avec professionnalisme. Ce sont des bandits qui ont infiltré les manifestants et qui ont tiré. Mais je vous assure qu’ils seront  mis hors d’état de nuire. Ils passeront devant la justice  et répondront de leurs actes.  Ces bandits qu’on a pris avec le chanvre indien, des armes de guerre à Bambeto et à Wannidara  ont dû profiter du mouvement pour salir la police. Il y a eu ces derniers temps beaucoup de changements au niveau des forces de sécurité. Toutefois qu’elles sortent pour intervenir, elles sont accompagnées d’un groupe d’inspecteurs qui contrôlent  pour éviter la bavure et les abus contre les citoyens. Et nous le faisons de façon permanente. Ce n’est pas seulement quand il y a des évènements… Tout ceci pour vous dire que les forces de sécurité n’ont rien à voir avec cette mort.»

Le ministre Alpha Ibrahima Kéïra conclura pour dire que la police guinéenne n’a pas pour mission de tuer des innocents, de réprimer dans le sang les manifestants. Elle  a pour mission de protéger les citoyens et leurs biens.