Militantisme : Dianii Alfa se souvient de son tube d’où tout est parti 

607

Connu pour ses prises de position, Alpha Midiaou Bah reste, depuis un certain temps, incompris de ses détracteurs. Ces derniers peinent à faire une démarcation entre le militantisme politique et l’engagement citoyen de l’artiste, pourtant porte-étendard du rap en Guinée.

Une question sur laquelle Dianii Alfa a été interpellé dans l’émission Sans Concession de Guinéenews ce weekend. D’entrée de jeu, notre invité s’est montré incapable à son tour de cerner certains de ses compatriotes.

« Qu’est-ce qu’ils appellent militantisme politique ? Qu’est-ce qu’ils appellent engagement citoyen ? », s’est-il interrogé, avant de dépeindre le caractère du Guinéen, selon sa vision à lui.

« En Guinée, les gens aiment les gros mots. Ils aiment le gros français. Ils aiment sortir les mots de leur contexte. C’est-à-dire, tu fais un discours de 20 minutes, le gars, il prend juste 30 secondes dans ce discours, il sort ça de son contexte. Et après, il essaie de le retourner contre toi », a fustigé Dianii Alfa qui compte à son actif trois albums actuellement.

A en croire l’artiste, de tous ses trois albums celui qui a moins de contenu comporte dix-huit titres. « C’est mon deuxième album : Rêve d’Afrik. Mon premier album faisait 25 titres. Le troisième album, 30 titres. Et l’album sur lequel je suis en train de travailler, si les Guinéens ne font pas attention, je vais sortir 99 titres, comme les 99 noms de Dieu », a-t-il averti.

Pour asseoir son argumentaire énoncé plus haut, Dianii Alfa a indiqué que dans l’album Rêve d’Afrik, les gens sont allés prendre un seul titre : ‘‘Gnakidin’’, qui signifie ‘‘les abeilles’’ dans la maternelle de l’artiste. « Et Gnakidin a dérangé les gens pourquoi ? Juste parce que le refrain était en poular », s’interroge et se répond Dianii. Et à l’en croire, c’est à partir de là qu’on a commencé à le taxer d’artiste d’opposition.

Or, l’invité de Sans Concession croit dur comme fer qu’il n’a fait que dénoncer des tares qui caractérisent sa société, puisqu’il dit : « On ne doit pas jouer avec les ethnies. Les militaires, on ne doit pas les sortir. On ne doit pas tirer sur les enfants. On ne doit pas taper sur les vieilles personnes. On ne doit pas atteindre à l’honneur des femmes. Cela risque de provoquer le soulèvement des abeilles ».

A la question de savoir qui désigne-t-il par l’appellation gnakidin, Alpha Midiaou Bah répond : « Gnakidin, ce sont tous les Guinéens qui ont soif de justice, d’égalité, d’équité et de démocratie. Ce sont ceux-là qui ne vont pas s’asseoir et regarder les gens violenter les femmes. Ce sont ceux-là qui ne vont pas s’asseoir et regarder le Guinéen subir l’injustice. Ceux qui ne vont pas s’asseoir et regarder qu’on est en train de violenter les sages », égrène notre invité qui s’identifie d’ailleurs au plus grand ‘‘gnaki’’. « Parce que je n’accepterai jamais ça ».

Facebook Comments