Mines : Abdoulaye Magassouba lance le projet de prospection des métaux précieux, à Conakry

0
367

Ce vendredi 23 novembre, le ministre des mines et de la géologie Abdoulaye Magassouba a procédé au lancement officiel du projet de prospection des métaux précieux par les méthodes géophysiques. Avec un coût de huit cent quatre-vingt-quatre vingt cinq mille trois cent quarante deux dollars américains (885 342 USD). Ledit projet est entièrement financé par le gouvernement guinéen  sur une période de 16 mois, a-t-on constaté sur place.

Dans son allocution, le directeur général du CGS (Centre Géophysique et de Sismologie), Mounir Awada a précisé que le projet couvre un espace environ 40 000 kilomètres qui est connu pour sa richesse en métaux précieux (or, argent).

M. Awada a rappelé qu’en 1996, qu’il y a eu un projet de levé géophysique aéroporté financé par la BM (Banque Mondiale) qui avait couvert toute la partie Nord-Est de la Guinée à l’échelle 1/200000ème. « Les cartes magnétiques et spectrométriques gamma sont disponibles », a-t-il précisé avant d’ajouter qu’il serait très utile dans un tel contexte de cibler les structures anomales existantes sur ces cartes afin de les contrôler au sol par la géophysique terrestre.

Selon lui,  cette certification au sol serait à une maille plus serrée et par conséquent, à une échelle plus grande 1/25000ème. « Pour la mise en place du projet, nous comptons utiliser un complexe de deux méthodes géophysiques. Il s’agit de la Polarisation Provoquée (PP ou IP) et la Magnétométrie », a-t-il fait savoir.

Dans son discours de lancement, Abdoulaye Magassouba a fait comprendre que le dernier projet portant sur la recherche géophysique réalisé avec l’appui de la BM date de 20 ans alors que l’Etat guinéen n’a pas réalisé de recherche géophysique interne depuis 40 ans.

Pour le ministre Magassouba, la relance de la recherche géophysique est une priorité de la nouvelle politique minière, portée depuis 2010 par le chef de l’Etat, Alpha Condé dans le but de diversifier nos ressources minérales. « Ce projet pilote d’un budget de 885 342 USD est entièrement financé par l’Etat guinéen  sur une période de 16 mois. Ce budget couvre l’acquisition des équipements de géophysiques, l’assistance technique, la prise en charge des missions de terrain et le traitement des données », a-t-il expliqué.

Parlant des  résultats, le chef du département en charge des mines et de la géologie dira que ce projet pilote, ainsi que ceux qui le suivront, permettront d’affiner les informations qui seront incessamment livrées par AMTEC au titre de la recherche géophysique sur l’ensemble du territoire national. « Les données géo-spatiales à l’échelle de 1/100 000 ainsi que les données géo-scientifiques adaptées à la même échelle, nous permettront d’avoir une base exhaustive d’informations utiles pour plusieurs secteurs socio-économiques de notre pays », a-t-il martelé.

Pour une certification des informations qui seront recueillies au cours du projet, M. Magassouba a annoncé qu’un bureau a été recruté, il s’agit de BRGM (Bureau de Recherche Géologique et Minière) de France pour apporter une assistance technique permettant d’assurer une supervision technique du projet et un transfert de compétences aux cadres du son département au terme dudit projet pilote.