Mines-Boké : Alpha remet plus de  40 milliards GNF aux collectivités au titre du FODEL 

0
768

Le président de la République a remis officiellement lundi, 23 décembre 2019, une enveloppe financière de quarante milliards neuf cent trente-sept millions trois cent soixante-quinze mille cent soixante-douze francs guinéens (40.937.375.172 GNF) représentant les 0,5% des taxes sur le   chiffre d’affaires (TCA) de trois sociétés minières au compte de l’exercice 2015 -2018.

Les sociétés contributrices SMB, CDM-Chine et COBAD viennent donc s’acquitter de leurs taxes au titre des années 2015, 2016, 2017 et 2018.

Le consortium  SMB-Winning a contribué à hauteur de 37 milliards 351 millions 377 mille 351 francs guinéens, CDM-Chine (2.987.786.721 GNF) et COBAD (Compagnie des bauxites) de Diandian (591.421.842GNF.

Dans son discours de bienvenue, le Maire de la Commune Urbaine de Boké, Mamadouba Tawel Camara s’est engagé à utiliser ce fonds à l’autonomisation des femmes et à l’employabilité des jeunes.

Le paiement de ces fonds fait suite à la réforme engagée en 2011 par le gouvernement guinéen, grâce à l’adoption d’un nouveau code minier. C’est dans ce cadre que le fonds national de développement minier a été créé pour l’affectation d’une partie des revenus miniers de l’état à l’ensemble des collectivités du pays. Ce dispositif s’ajoute au FODEL, assis sur la contribution au développement local 0,5 % à 1% du chiffre  des sociétés  minières en exploitation au profit des localités minières. C’est pourquoi le ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba s’est réjoui du résultat obtenu par son département.

« C’est l’adoption du nouveau Code Minier sous la clairvoyance du président de la République qui a permis l’affectation des 0,5% du chiffre d’affaires des entreprises minières aux collectivités locales», assure le ministre des Mines.

 Ce fonds devrait servir à l’autonomisation des jeunes et des femmes, selon lui.

« Ces fonds doivent servir au développement des infrastructure et des équipements de bases, du financement des activités génératrices de revenus, de la réalisation des services sociaux de base, du développement du capital humain, de l’entrepreneuriat local et de l’emploi des jeunes. »

Après la remise des fonds, le président de la République, Pr Alpha Condé s’est adressé aux populations de Kakandé en ces termes :

«L’affectation d’une partie (0,5%) des revenus miniers aux régions minières permet de changer et d’améliorer de manière considérable, les conditions de vie des populations. Je demande donc, la gestion rigoureuse des fonds dans le cadre de la réalisation des infrastructures de base pour le développement de toute la Région.»

Et de poursuivre, je demande à la population de Boké de laisser les sociétés minières de travailler en toute sécurité.

L’autre pan du discours du PRAC fut d’appeler à mettre un terme  aux remous sociaux des localités minières. Il est donc monté au créneau pour avertir les contrevenants.

«Toute manifestation subira les rigueurs de la Loi…»

Aux autorités locales de Boké,  maires, sous-préfets,  préfets et gouverneur,  le président Alpha Condé a lancé un avertissement.

«Le FODEL n’est ni destiné au gouverneur, ni aux préfets, ni aux sous-préfets, ni aux maires mais à la population qui décidera de l’utilisation de ces fonds », prévient Alpha Condé.

Dans la matinée de ce lundi, le Chef de l’Etat a visité le champ maraîcher de Yaguissira (Kolaboui), et a rendu une visite de courtoisie au patriarche de la Ville.

L’ événement s’est déroulé en présence du ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba en compagnie des membres de son Cabinet, le ministre de l’Information et de la Communication, Amara Somparé, du Gouverneur de région, du général de Brigade, Siba Sévérin Loholamou, des cinq (5) préfets de la Région de Boké, des sous-préfets et maires des communes urbaine et rurales, du Coordinateur général du Consortium, M. Wu Qiong, accompagné d’une forte délégation de son institution, des groupements de femmes et associations de jeunesse, des leaders des confessions religieuses et des représentants des autres sociétés minières évoluant à Boké.

Sur certaines banderoles on pouvait lire « oui à la nouvelle constitution et oui au référendum. »