Mines: des entrepreneurs nationaux et cadres du département échangent sur le contenu local

juillet 30, 2018 11:52
0

Le contenu local, c’est le sujet qui a réuni des responsables d’entreprises nationales, notamment le patronat guinéen et des cadres du ministère des Mines et de la Géologie le mercredi 25 juillet à Conakry. L’objectif de cette rencontre était de discuter des stratégies à mettre en place pour permettre aux entreprises locales d’avoir accès au marché dans les zones minières.

Lors des discussions, les responsables d’entreprises guinéennes ont expliqué leurs difficultés et ont fait des propositions en vue d’améliorer la situation et créer de l’emploi pour la jeunesse guinéenne.

Créer de l’emploi et améliorer les conditions de vie des citoyens, c’est la définition du contenu local, selon Nènè Moussa Maléyah, Dircteur national du Contenu local au niveau du département des Mines et de la Géologie : « le contenu local, c’est quoi ? C’est la création de la valeur ajoutée pour améliorer les conditions de vie du citoyen guinéen et influencer l’économie nationale. Cette création de la valeur ajoutée peut se faire en améliorant l’emploi, en améliorant beaucoup de choses… »

Ansoumane Kaba, parlant au nom des entrepreneurs, a suggéré que le contenu local soit une loi afin de permettre aux entreprises nationales d’obtenir des marchés : « Nous savons tous que tout ce que nous vivons aujourd’hui comme crise sociale est liée au manque d’emplois. L’emploi est créé par le secteur privé et ce secteur privé guinéen est à défaut de marchés et ce contenu local est créé par le gouvernement pour faciliter l’accès au marché par les Guinéens. Et nous pensons que nous devons tous travailler pour que les conseils nécessaires puissent être donnés avec des arguments pour que le gouvernement fasse le contenu local une loi pouvant permettre aux miniers de prendre en compte cette problématique. »

Saadou Nimaga, le Secrétaire général du ministère des Mines et de la Géologie qui a présidé cette rencontre, a fait savoir que la priorité de son département c’est de créer l’activité : « Nous avons dit au patronat que nous avons comme priorité dans le secteur minier de créer l’activité.  Depuis plus de 40 ans aucune nouvelle mine n’était ouverte. Aujourd’hui nous avons des mines d’or qui sont prêtes d’être ouvertes. La question du contenu local peut maintenant se poser. C’est ce que nous sommes en train de discuter avec eux. »

Puis il est revenu sur les préoccupations des entrepreneurs : «Ils ont exprimé leurs besoins, notamment l’accès au marché, qui est un problème fondamental. Comment avoir un contrat avec une société minière qui travaille en Guinée ? Ils ont dit en quoi cela leur est difficile. Des fois c’est une question de capacité. Est-ce qu’à travers une loi ou un acte règlementaire on peut exiger un pourcentage ? C’est vrai que dans le code minier cela est plus ou moins pris en compte. Il y a des parts des entreprises guinéennes dans les fournitures, dans les travaux. Est-ce qu’on peut formaliser ça en demandant aux sociétés minières de donner dans chaque contrat 30 ou 40% ? »

  1. Nimaga conclut en affirmant que les deux parties vont mettre en place une commission technique qui devra travailler sur la manière dont toutes les préoccupations des uns et des autres vont être formulées.