Ministère de la Jeunesse : le Projet BoCEJ accompagne le diagnostic organisationnel de trois EPA

0
246

Trois Etablissements Publics à caractère Administratif (EPA) du Ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, vient de faire l’objet d’un diagnostic. Il s’agit de l’Agence d’Exécution des Travaux d’Intérêt Publics pour l’Emploi (AGETIPE), le Fonds National pour l’Insertion des Jeunes (FONIJ) et l’Agence Nationale de Volontariat Jeunes (ANVJ). Un atelier de validation du rapport final dudit diagnostic s’est ouvert ce vendredi 13 septembre 2019 à Conakry, mobilisant plusieurs cadres du département.

Avec l’appui de la Banque Mondiale à travers le Projet Booster les Compétences pour l’Employabilité des Jeunes (BoCEJ), ce diagnostic organisationnel des trois EPA a été réalisé entre février et avril 2019. L’objectif de ce diagnostic était de procéder à une analyse approfondie du dispositif institutionnel de ces EPA en vue d’améliorer le cadre d’intervention et d’efficacité de ses structures en charge de l’insertion socioprofessionnelle et économique des jeunes.

Ces activités rentrent dans le cadre de la mise en œuvre de la composante 3 du projet BoCEJ. Cette composante qui s’intitule ‘’Appui institutionnel et cadre réglementaire’’ vise l’amélioration de la gouvernance à travers la révision des textes des ministères sectoriels et la mise en place des outils tels que l’ANAQ (Autorité Nationale d’Assurance Qualité) et l’ONJ (Observatoire National de la Jeunesse) basé au Ministère de la jeunesse de l’emploi des jeunes.

« Nous avons demandé à la Banque Mondiale à travers le projet BoCEJ de nous financer un diagnostic organisationnel de nos EPA (Etablissements Publics à caractère Administratif) qui sont l’AGETIPE, le FONIJ et l’ANVJ qui constituent des leviers très importants pour nous permettre d’atteindre nos objectifs et remplir les missions contenues dans la lettre de mission du premier ministre qu’il m’a adressé. Ce travail a été fait par un cabinet durant des mois et aujourd’hui c’est la présentation de ce rapport qui doit être discuté et valider pour aboutir à des recommandations fortes et des actions en vue de renforcer les capacités de ces EPA. Ces diagnostics ont permis de passer à la loupe nos EPA pour desceller les faiblesses qu’on va corriger et voir les points forts pour les renforcer », a expliqué le ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes tout en affirmant que ce diagnostic leur permettra de créer plusieurs emplois pour la jeunesse guinéenne.

« Cela va nous permettre de dérouler beaucoup des projets que nous avons actuellement au niveau du ministère. La validation de ces diagnostics nous permettra d’être encore plus efficace en vue de permettre aux jeunes de Guinée d’avoir des milliers d’emplois, d’être des véritables entrepreneurs pour qu’ils puissent rester ici en Guinée, pour qu’ils croient en eux, pour qu’ils initient ici, pour qu’ils travaillent ici, qu’ils réussissent ici », a ajouté Mouctar Diallo.

Le Gestionnaire du projet BoCEJ a quant à lui détaillé la contribution du BoCEJ dans ces activités qui consistaient à faire le diagnostic de ces EPA.

« La contribution du BoCEJ dans la réalisation de ces audits c’est de permettre au ministère d’avoir un diagnostic réel afin de renforcer les capacités de trois structures qui sont auditées. Le projet BoCEJ a une composante qui est essentiellement dédiée au renforcement des capacités des trois ministères qui sont impliqués dans le processus de qualification de la jeunesse à savoir les ministères de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, de l’enseignement supérieur et de l’enseignement technique », a expliqué M. Thierno Iliassa Baldé.

Ce diagnostic organisationnel a été mené par un cabinet de la place (Khuma Consulting et Stratégies et Natray Consulting Group) dont le représentant M. Mohamed Kobélé Keïta, est revenu sur la motivation de l’activité et évoqué le contenu du rapport. « Les résultats ont prélevé à travers le diagnostic des forces et des faiblesses de chacune des entités considérées. Aujourd’hui il y a un effort à fournir pour réduire la sous-utilisation de ces entités qui peuvent apporter potentiellement au développement de la jeunesse en Guinée. Après ce diagnostic, nous avons demandé une relecture des textes juridiques, nous avons aussi demandé à ce que le déficit de communication soit corrigé. Après nous a avons demandé aussi à ce que l’AGETIPE qui est une entité centrale dans l’appui des collectivités et même en termes d’accompagnement sur les travaux d’intérêts publics soient impliqué dans les activités reliés aux travaux publics », a exposé M. Keïta.

Service de Communication du Projet BoCEJ.