Ministère de la Jeunesse : les journalistes à l’école du BoCEJ

octobre 26, 2018 12:35
0

En Guinée, selon des statistiques fournies par le ministère de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune, plus de 60% de jeunes diplômés des universités et plus de 40 %  au niveau des écoles professionnelles, sont au chômage.  Pour réduire ce taux de chômage élevé, le gouvernement avec l’appui financier de la banque mondiale, a initié le projet Booster les Compétences pour l’employabilité des jeunes, BoCEJ en abrégé.

Ce mercredi, sur l’initiative du ministère de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune, un atelier de partage d’informations pour une meilleure appropriation du projet BoCEJ à l’intention des journalistes, a été tenu ici à Conakry. L’objectif vise à informer les hommes de médias  sur, les mécanismes de fonctionnement du projet, les résultats attendus, les réalisations et les défis pour une meilleure connaissance du projet par le grand public.

Durant cette journée justement, les facilitateurs ont exposé sur plusieurs thématiques liés au projet, notamment l’accord de financement, la cartographie des institutions lauréates du projet,  les réalisations et les perspectives du projet.

 Présent à la cérémonie d’ouverture, le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune, a souhaité l’implication active des journalistes dans la vie du projet pour en être les ambassadeurs partout où besoin sera. Mais, dira Mouctar Diallo, «  cela ne doit pas vous priver bien entendu de votre liberté de regard critique sur l’exécution du projet ou d’être des forces de proposition de solutions constructives pour l’atteinte des résultats », souligne-t-il.

Pour sa part, s’exprimant sur les acquis du projet BoCEJ, le gestionnaire du projet, Thierno Iliassa Baldé a déclaré que 15 sous- projets  ont été financés à hauteur de 400 mille dollars par sous-projet et cela   pour moderniser le curricula dans l’enseignement supérieur et technique, au niveau des jeunes diplômés.  Selon lui, un certain nombre a été placé en entreprises,  100 jeunes ont été formés au niveau de l’entreprenariat. Parlant toujours des acquis, M. Baldé a cité la création de l’agence nationale d’assurance qualité (ANAQ) dans l’enseignement et la recherche, la création de l’observatoire nationale de la jeunesse.

Le gestionnaire du projet n’a pas manqué d’énumérer quelques défis qu’ils entendent relever  très prochainement : celui de l’information et celui de mettre tous les acteurs du projet en harmonie et enfin sa pérennisation.

A noter par ailleurs que le projet BoCEJ a été lancé officiellement le 3 juillet 2015 pour résoudre  dit-on, l’inadéquation des formations reçues dans les institutions d’enseignement supérieur et les besoins du marché de l’emploi.  Il est structuré en trois composantes dont l’Education et l’Emploi, et l’Appui institutionnel et le Cadre réglementaire.