Ministère de l’Education Nationale : Ibrahima Kalil Konaté fait son bilan

0
1271

Après quatorze mois passés à la tête du ministère de l’éducation nationale Le ministre Ibrahima Kalil Konaté alias K2 a passé le flambeau à son prédécesseur Mory Sangaré ce vendredi 1 juin 2018.  Au cours de la cérémonie de passation de service qui a mobilisé un parterre d’enseignants dans la salle de conférence du Centre  de Documentation Universitaire Scientifique et Technique (CEDUST), il a renouvelé sa reconnaissance au président de la République pour la confiance porté en lui avant de revenir largement sur les acquis de ses  quatorze mois de gestion du département de l’éducation.

« Durant les quatorze mois avec l’appui de mes collaborateurs, j’ai procédé à des réformes au nombre desquelles on peut citer : le changement de dénomination du ministère de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation en Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation MENA ; le transfert de la division éducation préscolaire du ministère de l’Action Sociale et de l’Enfance au Ministère de l’Education Nationale et son élévation au rang de Direction Nationale ; La transformation de la Direction Nationale de l’Enseignement élémentaire en Direction Nationale de l’Enseignement Fondamental qui prend en compte le primaire et le premier cycle du secondaire dans une vision formation de qualité  pour les jeunes,  la création de deux sections techniques au niveau des IRE (inspection régionale de l’éducation), DPE (direction préfectorale de l’éducation) et DCE (direction communale de l’éducation) ; la décentralisation de l’examen de fin d’étude élémentaire au niveau des DPE, DCE et du Brevet Technique du premier cycle au niveau des IRE ; l’adoption d’un nouveau calendrier scolaire qui fixe l’ouverture des salles de classe le 15 septembre de chaque année ; la gratuité du diplôme des examens nationaux entre autres », a fait savoir Ibrahima Kalil Konaté.

Par ailleurs K2 encourage ses anciens collaborateurs à soutenir son successeur  afin de réussir sa nouvelle mission, avant de le rappeler les défis qui l’attendent au sein de l’enseignement pré universitaire.