Ministère des Télécoms : le cabinet et le syndicat remettent à plat leur différend

mars 17, 2018 3:24
0

Contrairement à ce que nous avons annoncé dans une de nos précédentes dépêches (lire https://guineenews.org/grand-malaise-au-ministere-des-telecoms-le-ministre-mamy-sur-le-gri), les choses semblent rentrer dans l’ordre au ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique, a-t-on appris.

En tout cas, le syndicat et le cabinet sont parvenus tard dans la soirée d’hier vendredi à un accord. Ce qui, a priori, éloigne davantage les menaces que laissait planer l’assemblée générale que voulait organiser le lundi 19 mars le syndicat de ce département.

Comment en est-on arrivé là ? Le vendredi 16 mars, une réunion de crise a regroupé le cabinet et le syndicat pour des négociations. A l’issue de cette rencontre et après d’âpres discussions, les deux parties ont convenu d’équiper toutes les positions de travail dépourvues de bureautiques dans les différents services sous la responsabilité des différentes directions.

Ensuite, le cabinet a accepté de payer le salaire des agents contractuels du ministère après un contrôle physique pour déceler les fictifs.

Le point relatif à l’acquisition d’un siège pour le bureau du syndicat avec des meubles dans la cité Sans-fil, a été acté. Ensuite les deux parties se sont entendues sur la finalisation très rapidement des nominations dans les différentes directions, sur proposition des directeurs (cas des chefs de sections par exemple).

Dans le protocole d’accord, il a été institué qu’une délégation du cabinet et du syndicat rencontrera les travailleurs de la Direction Nationale des Postes (DNP) pour un entretien.

Une commission tripartites, cabinet-syndicat-Direction de l’école du quartier  Sans-fil sera mise en place dans le bref délai pour une négociation pour la réduction de la scolarité en faveur des enfants des travailleurs du ministère demeurant dans ladite cité.

En fin, le cabinet a signé que le renforcement des capacités et la motivation du personnel seront effectifs tout en mettant en place un cadre d’échange et de concertation entre le cabinet et le syndicat pour statuer sur les priorités en perspectives.