Mobilisation anti 3ème mandat : sans Sano, le FNDC dénonce et appelle  à de nouvelles manifs

0
764

C’est encore sans le coordinateur national que le front national pour la défense de la constitution (FNDC) était devant la presse ce lundi 9 mars. Objectif, informer l’opinion sur la situation qui prévaut dans le bras de fer contre le projet de troisième mandat.

A tour de rôle, les conférenciers ont dénoncé les exactions et arrestations en cours dans leurs rangs. Notamment le cas le plus récent, à savoir « le kidnapping » de Ibrahima Diallo et Sékou Koundouno qui ont été arrêtés dans des conditions particulièrement spectaculaires le vendredi passé.

Ils ont également motivé les appels à « la résistance active » pour demain mardi suivie d’une marche annoncée pour jeudi. Invitant les citoyens qui n’osent pas sortir manifester, redoutant les violences policières, de rester à domicile…

Interpelés sur ce qui est perçu comme un retrait du coordinateur du front national pour la défense de la constitution, qui n’occupe pas le devant de la scène pendant que la période est jugée cruciale, les conférenciers du jour dédramatisent cette absence.

Selon Billo Bah appuyé par Oumar Sylla alias Foniké Menguè, il s’agit d’une option réfléchie pour éviter « le culte de la personnalité ». La philosophie d’Abdouramane Sano, expliquent-ils, « c’est que personne n’est indispensable ».

Un genre de leadership peu connu en Guinée où le premier responsable a parfois tendance à passer avant sa structure