Monsanto épinglé par le tribunal de San Francisco, mais, un point d’ombre

0
500

Monsanto est constamment dans le collimateur des défenseurs de l’environnement et des nutritionnistes. Dans les années 2000, c’était les fruits et légumes, puis c’est le maïs et autre OGM qui ont été contaminés par cet herbicide dénommé glyphosate. Suivra une avalanche de condamnations pour crime contre l’humanité, pour publicité mensongère, pour le remboursement des milliards aux paysans brésiliens et dernièrement, pour cancer du jardinier Dewayne Johnson.

Monsanto devra payer 289,2 millions de dollars (250 de dommages punitifs et 38,2 d’intérêts compensatoires). Allez savoir les détails de ces peines.

Monsanto va faire appel, arguant que le Glyphosate, l’élément actif  de l’herbicide Rondup, n’est pas la cause du cancer et n’est pas responsable de la maladie du plaignant, quece produit a fait ses preuves depuis plus de 40 ans…

Si rien n’a été prouvé depuis la fabrication de cet insecticide en1974, le seul cas du cancer pose problème, contrairement aux implants mammaires et au coupe-faim, dont le nom nous fuir, qui ont fait, eux, assez de victimes pour être épinglés à juste titre.

En 2016, des magistrats professionnels et spécialistes de tous les continents dans ce domaine, dont un Sénégalais, avaient entendu une trentaine de victimes du glyphosate, à la Haye. On avait parlé du taux élevé de glyphosate dans les urines des victimes mais Monsanto n’avait pas comparu. Aveu de culpabilité ou quoi, le fait de se défiler n’a fait qu’attirer des plaintes. Que sont devenues, au fait, ces victimes, dont les traces de glyphosate ont été retrouvées dans les urines ? Ont-elles le cancer comme Dewayne Johnson ?

Avant que ce procès de Los Angeles ne se déroule, ce 10 août 2018, la France de Macron dans l’expectative, avait autorisé l’utilisation du glyphosate pour cinq ans, au grand dam des défenseurs de l’environnement. Cette condamnation risque de produire des houles dans l’Hexagone dans les prochains jours. Mais si tous les cas de contamination reconnus à la Haye et avant Dewayne Johnson ne sont pas cancérigènes, comment peut-on à juste titre prendre une seule hirondelle pour le printemps ?

 Monsanto va faire appel, il y  aura une grande bataille judiciaire entre la médecine et les laboratoires.

Tout permet de dire que rien n’est encore gagné ou perdu, mais si Monsanto est confondu par les preuves qu’il est la cause de ce cancer, les milliers de cas en attente et à dédommager risquent de lui être fatales. Un arrangement à l’amiable sera-t-il possible, le cas échéant ? Attendons de voir.