Mort de Pivi, ce sourd-muet à N’Zérékoré : des ennuis pour Fassou Goumou, un membre du FNDC

0
885

Convoqué ce vendredi au commissariat central de N’Zérékoré pour être auditionné suite à la découverte du corps d’un de ses employés, retrouvé pendu au bout d’une corde à quelques encablures de sa résidence, situé dans le quartier Gbangana, Fassou Goumou aurait été transféré à Conakry. Une situation qui inquiète ses proches, d’autant que cet opérateur économique, ferait face à une forte pression de la part des autorités, depuis qu’il a décidé de s’opposer à la réforme constitutionnelle, bien qu’étant du parti au pouvoir.

C’est dans la matinée du vendredi que le corps de Pivi, un sourd-muet, travaillant dans la plantation de Fassou Goumou a été découvert. C’est suite à cette découverte macabre que Fassou Goumou fut interpellé par les services de police. Avant d’être embarqué vers les locaux du PM3 de Conakry, apprend-on des sources proches de l’homme.

Moïse Sorti Delo, un des proches de l’opérateur économique s’est confié à propos de cette affaire au reporter de guineenews. « Après la découverte du corps pendu de Pivi, au moment où nous recevions les condoléances dans la famille, on a vu la police débarquer. Aussitôt, Fassou a été embarqué dans leur voiture pour le commissaire central de police de N’Zérékoré. Et depuis lors, aucun de ces numéros ne passe. Sauf qu’à notre fort étonnement, nous avons été informés par une source sûre, qu’il serait en route pour le PM3 de Conakry. Et que c’est à 4 heures du matin de ce samedi qu’il a bougé avec des agents ».

Les autorités verraient derrière cette mort, un ‘’sacrifice rituel’’, selon nos sources.

Ce que Moïse Sorti Delo dément, en affirmant que ‘’Fassou est un fervent croyant et que pour rien au monde, il ne penserait faire un sacrifice humain, comme disent ces détracteurs dans la cité’’.

Pour Cécé Loua, membre de l’antenne du FNDC de N’Zérékoré et coordinateur régional de l’UFR, ‘’c’est vraiment inquiétant, de voir de tels agissements contre M. Goumou Fassou. Car à notre entendement, il faut mener les enquêtes pour trouver la vérité. Mais nous restons très vigilants et nous suivons le dossier de très près », a-t-il prévenu.

Du côté du commissariat central de police, personne n’a accepté de répondre à nos questions, concernant ce dossier, sous prétexte que ce dossier les dépasse.

Fassou Goumou, après avoir pris ses distances avec le RPG, ce qui lui avait valu la prison, avant d’être libéré lors de la visite du président dans la région forestière, est devenu depuis un membre très actif de l’antenne du Front national pour la défense de la constitution de N’Zérékoré.