voir Plus
    dimanche, 18 avril 2021
    26 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Mort suspecte de Dr Fofana : ces révélations surprenantes de Rabiatou Diallo

    Invitée de l’émission “Sans concession” de Guineenews ce mercredi 17 mars 2021, la présidente du Conseil économique, social, environnemental et culturel (CESEC) est revenue sur le décès en avril 2010, de feu Dr Ibrahima Fofana.

    A cet effet, les propos de l’ancienne figure emblématique de la CNTG, Hadja Rabiatou Séra Diallo,  relancent les soupçons et confortent la position de ceux qui ont émis des doutes sur les circonstances de la disparition du très puissant syndicaliste.

    Si l’ex-présidente du Conseil National de la Transition (CNT) a pris beaucoup de précautions dans cette émission, elle s’est aussi particulièrement livrée dans ses souvenirs syndicaux. Dans cette émission très suivie de Guineenews©, Hadja Rabiatou Sérah Diallo est revenue sur ses derniers moments avec celui qu’elle appelle affectueusement son jumeau, feu Dr Ibrahima Fofana, mort le 17 avril 2010, dans un accident sur la route de Fria à Tormélin en mission syndicale. C’était à quelques mois du 1er tour de la présidentielle de 2010.

    « Ce jour-là, on s’était convenu qu’il aille à Fria et quelle que soit l’heure, Dr Fofana viendra me faire le compte rendu de ce qu’ils sont convenus à la bourse du travail par rapport aux futures élections. Et je l’attendais quand on m’a annoncé le décès. On s’est dit beaucoup de choses et lui et Magbè ce jour-là.  Je suis partie jusqu’au lieu de l’accident pour voir », confie-t-elle.

    Mais quand l’ancienne syndicaliste poursuit sa narration, ce n’était pas sans éveiller quelques soupçons.  « Mais ça va se savoir », dira-t-elle à propos de la disparution de son “jumeau”.  « (…) parce que je me dis qu’à plusieurs reprises, Fofana et moi, nous avons été séquestrés quelques fois où les travailleurs n’ont même pas su. On n’a même pas osé dire aux travailleurs. Mais il y a des témoins. Ils sont là encore. Des hauts cadres qui savent ce que nous avons subis à un moment donné ».

    Plus loin, l’invitée de “Sans Concession” se rappelle : « le chauffeur qui conduisait le véhicule m’avait dit quand je suis allé le voir au Maroc, avec mon collègue Yamoussa Touré qui était blessé… parce que tous ceux qui étaient du côté de Fofana sont morts. Tous ceux qui étaient du côté du chauffeur ont été blessés. Donc il m’a dit, Hadja, je ne sais pas ce qui m’est arrivé mais je ne me contrôlais plus. Je ne sais pas dans la conduite. Peut-être qu’il est encore vivant. Je ne sais pas où il se trouve, mais s’il m’écoute, il s’est confié à moi et devant témoin. Pour dire que vraiment, il ne comprend pas comment l’accident là est survenu. Il ne se contrôlait plus. C’est pourquoi je dis que ça va se savoir ».

    A la question de savoir si elle avait partagé ces informations avec les autorités de la transition d’alors, Hadja Rabyatou a répondu par la négative. « Ceux qui étaient présents ont su cela, mais je n’ai pas partagé ça ailleurs », répond-elle. Et de préciser, cependant : « à chaque fois que j’ai l’occasion comme maintenant là, je le dis ».

    Comme pour dire que si rien n’est fait pour élucider les circonstances du décès de feu Dr Ibrahima Fofana, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas matière à investiguer pour les services compétents.

    À LIRE AUSSI

    PUBLIREPORTAGE