Mouctar Diallo: «le projet INTEGRA, financé à hauteur de 65 millions d’euros, touchera directement 18 000 jeunes»

0
1444

Les membres du gouvernement poursuivent leur grand oral devant les journalistes pour parler des acquis et des perspectives de leurs départements respectifs. Ce lundi 04 mars, c’était au tour du chef de département de la Jeunesse et de l’Emploi-Jeune de présenter «les actions phares» réalisées par son département et les perspectives pour les prochaines années.

Après avoir décliné la mission de son département qui consiste à promouvoir  l’emploi-jeune, le ministre de la Jeunesse, Mamadou Mouctar Diallo a tenu à fixer les contours de ladite mission.

 «Aujourd’hui, beaucoup de jeunes pensent que le ministère de la Jeunesse et de l’Emploi-jeune est une agence de recrutement qui doit les embaucher ou leur trouver directement un emploi public et privé. Cela n’est pas une compréhension nette. Le ministère n’a pas pour vocation de trouver de l’emploi à chaque jeune individuellement. Notre objectif est de baliser un parcours qui met l’accent sur le savoir-faire professionnel pour maximiser l’employabilité et l’esprit d’entreprendre…», a précisé le ministre Mouctar Diallo.

C’est dans cette optique, dira-t-il, que le gouvernement a engagé des reformes favorisant la formation des jeunes en vue de leur autonomisation et leur participation effective au processus de développement. Parlant de l’autonomisation des jeunes, le ministre de la Jeunesse a cité une panoplie de d’activités réalisées en faveur des jeunes pour leur autonomisation, effectuées depuis 2011 à nos jours. Il s’agit, entre autres de: la création des institutions de micro-finance en faveur des jeunes, la formation de 1000 jeunes et le recrutement de 500 parmi eux par une entreprise de la place,  la création de 100 groupements agricoles de jeunes dotés en engins agricoles, du projet Taxi-moto financé par FONIJ et qui a octroyé 140 motos sous forme de crédit dans les régions administratives du pays, du recrutement, de la formation  et du déploiement de 480 jeunes diplômés pour appuyer les collectivités dans le domaines de la santé, de l’éducation et du développement communautaire, la création et l’accompagnement de 18 groupements dans le domaine de l’assainissement  dans certains quartiers de Ratoma, le projet Booster les compétences pour l’Employabilité des Jeunes (BOCEJ).

Le  projet BoCEJ constitue, par ailleurs, l’un des plus grands du département de la Jeunesse en faveur des jeunes. Il est financé hauteur de 20 millions de dollars par la Banque Mondiale. Ce fonds, indique Mouctar Diallo,  a permis d’appuyer dans sa composante Une, 15 institutions d’enseignement publique et privées.

Parlant justement des infrastructures, le ministre de la Jeunesse a souligné que son département a eu à réaliser depuis 2011, la construction, la rénovation et l’équipement de plus de 60 Maisons des jeunes  à Conakry et à l’intérieur du pays.

S’agissant des perspectives, Mouctar Diallo a annoncé que son département, envisage dans son programme d’insertion socioéconomique des jeunes (INTEGRA) de contribuer à la prévention et à la limitation de la migration irrégulière et à la réintégration de ces derniers. Déjà, poursuit-il, « le projet a été financé par l’Union Européenne à hauteur de 65 millions d’euros sur 4 ans et touchera directement 18 000 jeunes.»