Multiplication des cas d’inculpation de journalistes en Guinée : face à la menace, les associations de presse annoncent deux actions fortes

août 22, 2019 2:44

Suite à l’inculpation et à la mise sous contrôle judiciaire des journalistes Abou Bakr et de Diallo Souleymane, le fondateur du groupe de presse Lynx-Lance, les patrons des organisations professionnelles de la presse se sont retrouvés cet après-midi pour discuter des mesures à prendre face à la menace qui pèse sur la profession, notamment la violation de la loi L002 relative à la liberté de la presse.

Après un débat houleux en présence des journalistes, il a été décidé de l’organisation d’un sit-in devant la haute autorité de la communication le lundi 26 août et de l’organisation prochaine et d’une synergie des radios sur les violations de la liberté de la presse en Guinée, le jeudi 29 août.

Nous vous proposons in extenso le contenu dudit communiqué qui a sanctionné cette réunion de crise.

‘’COMMUNIQUE CONJOINT DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLE DES MEDIAS EN GUINEE

Les membres des organisations professionnelles de presse URTELGUI, AGUIPEL, APAC, REMIGUI, UPLG, AGEPI, UFSIG, SPPG, AJPRG et l’UPF-Guinée se sont retrouvés ce jeudi 22 août 2019 en réunion d’urgence.

Les débats ont porté sur la violation manifeste de la Loi 002 portant liberté de la presse en Guinée marquée par le placement sous contrôle judiciaire de M. Diallo Souleymane, Fondateur du Groupe de presse Le Lynx-La Lance-Lynx FM et Boubacar Alghassimou Diallo dit Abou Bakr, Directeur Général de la Radio Lynx FM.

Ces cas viennent allonger la liste des journalistes déjà sous contrôle judiciaire et/ou en procès comme Mohamed Bangoura, Directeur de Publication du site mosaiqueguinee.com, Lansana Camara, Directeur de Publication du site conakrylive.info.

Ces organisations regrettent et dénoncent avec force que ces confrères soient poursuivis sur la base de la loi 037 portant cybersécurité et protection des données à caractère personnel.

Ces organisations déplorent et dénoncent les agissements de certains magistrats et autres auxiliaires de justice qui violent la procédure en matière de gestion des délits de presse et des délits commis par voie de presse. Elles rejettent catégoriquement l’interdiction faite à Abou Bakr d’animer l’émission « Œil de Lynx » jusqu’à nouvel ordre.

Par conséquent, les organisations ci-haut mentionnées, décident de :

-L’organisation d’un sit-in le lundi 26 août 2019 devant le Palais du 25 Août, siège de la Haute Autorité de la Communication (HAC) à 10heures. Le sit-in vise à attirer l’attention des commissaires de la HAC sur les multiples violations des procédures dans la gestion des délits de presse en Guinée.

 -L’organisation d’une première synergie des radios privées sur les violations de la liberté de la presse en Guinée, de 11h à 13h, le jeudi 29 août 2019. Cette synergie sera relayée par les sites internet en direct et les journaux.

 -Enfin, les associations de presse se réservent le droit d’organiser des journées sans presse sur toute l’étendue du territoire.

 Les organisations professionnelles des médias en Guinée savent compter sur l’esprit de confraternité qui a toujours caractérisé la presse nationale et invitent celle-ci à une mobilisation sans faille dans cette nouvelle épreuve d’autoprotection pour que plus jamais ça en Guinée.

Fait à Conakry, le 22 Août 2019’’

Ont signé :

L’AGEPI, L’AGUIPEL, L’URTELGUI, REMIGUI, L’APAC, UFSIG, LE SPPG, L’AJPRG, L’UPLG et L’UPF-Guinée