Naité : « Le pont de Linsan sera opérationnel à partir de mi-août… »

juillet 31, 2018 10:03
0

Bientôt la fin du calvaire pour les usagers de la nationale N°1 et particulièrement ceux qui traversent le pont de Linsan, si on s’en tient à l’annonce faite ce jeudi par le ministre des travaux publics. Au cours d’un point de presse qu’il a animé ce lundi à son département,  Moustapha Naité a annoncé aux journalistes que le pont sera opérationnel à partir du 14 août prochain.

Selon lui, ce sont des travaux d’envergure qui ont été effectués avec le peu de temps dont disposait son département pour soulager les populations. « Mais dira-t-il, avant la mise en service du pont, un cabinet d’expertise devra faire les essais et le contrôle d’usage. Un cabinet d’expertise a été déjà recruté à cet effet.…toute chose qui nous a conduits à la date idéale entre le 14 au 20 août pour la mise en service de l’ouvrage sous réserve de la confirmation du cabinet d’expertise. Le travail est fini mais il faut qu’on donne le temps pour que le béton soit totalement sec. » 

Parlant de la qualité de l’ouvrage, le chef du département des travaux publics a affirmé que le pont une fois terminé, aura la capacité de soutenir un camion de 60 tonnes,  ce qui dépasse les normes de la CEDEAO qui exigent que les routes doivent supporter des camions de 11 tonnes. « Je puis vous assurer que le travail qui a été fait est remarquable. J’avoue que l’entreprise qui s’occupait des travaux,  a travaillé  pendant environ 120h par semaines », affirme-t-il. « Cela dit, poursuit M. Naité, nous devons contrôler les gros porteurs pour éviter les surcharges. »

S’exprimant sur la déviation qui a été submergée ces derniers jours par les fortes pluies qui se sont abattues sur la zone, le ministre des TP a précisé que ce phénomène n’est pas propre qu’à la Guinée.

Pour Moustapha Naité, à l’état actuel, techniquement et pour ne pas créer davantage des désagréments, ils ne peuvent intervenir. « Nous ne pouvions ni remuer la terre ni essayer de remonter le point de passage de l’eau. Dans ce cas, comme partout dans le monde où les intempéries surviennent sur les routes, on demande aux usagers de ne pas circuler et d’attendre que le niveau de l’eau baisse. Mais en Guinée malheureusement tout est mal interprété », regrette Moustapha Naité. « Certes, c’est une route essentielle pour les populations de cette région et pour l’ensemble des usagers, certes il y a un calvaire évident pour les usagers actuellement, mais il y a la réalité des choses aussi », fait remarquer le chef de département des TP qui demande aux gros porteurs d’éviter les déplacements en cas de fortes pluies en entendant la mise en circulation du nouveau pont.